Les Huit Coups de l’horloge de Maurice Leblanc

Les Huit Coups de l’horloge (Saga Arsène Lupin #12) (1923) de Maurice Leblanc…

Le résumé de l’éditeur de poche, ici: L’un des événements les plus incompréhensibles de l’époque qui précéda la guerre fut ce qu’on appela l’affaire de la Dame à la Hache. La solution n’en fut pas connue, et elle ne l’eût jamais été si les circonstances n’avaient pas obligé le prince Rénine – devons-nous dire Arsène Lupin ? – à s’en occuper, et si nous n’en pouvions donner aujourd’hui, d’après ses confidences, le récit authentique…
Le mobile ? Les cinq femmes avaient été entièrement dépouillées de leurs bijoux, porte-monnaie et objets de valeur. Mais on pouvait aussi bien attribuer le vol à des maraudeurs et à des passants, puisque les cadavres gisaient dans des endroits déserts. Devait-on supposer l’exécution d’une vengeance, ou bien d’un plan destiné à éliminer des individus ayant un lien entre eux, susceptibles, par exemple, de bénéficier d’un héritage ?

Une nouvelle fois, Maurice Leblanc parvient à se renouveler en racontant de nouvelles aventures d’Arsène Lupin. Les Huit Coups de l’horloge n’est pas un tome exceptionnel, c’est certain. Mais il est honnête. À la fois roman et recueil de nouvelles, on découvre un Lupin un peu plus humain et sentimental qui prend forme en 8 tableaux, 8 petites aventures.

On finit par ne plus être surpris des surprises tant le personnage nous a habitué à l’extraordinaire mais ce n’est pas grave car cette fois, c’est la forme qui apporte suffisamment de nouveauté, d’originalité à ce roman. Maurice Leblanc est décidément un auteur avec beaucoup de ressources et de créativité.

Les Huit Coups de l’horloge s’avère être plus intimiste aussi par l’envergure des aventures qui restent à hauteur d’hommes. Cela en est presque reposant pour Arsène Lupin et donc pour le lecteur aussi.

Passage obligé pour les lecteurs qui ont choisi de lire toute la série, dans l’ordre, Les Huit Coups de l’horloge est dispensable aux autres lecteurs qui auront plus de plaisir à se tourner vers les tomes plus marquant. Je pense à L’île aux trente cercueils. Je pense à Le bouchon de cristal.

Et vous, quel est votre Arsène Lupin de référence?


La saga Arsène Lupin

#1 Arsène Lupin, gentleman cambrioleur

#2 Arsène Lupin contre Herlock Sholmès

#3 L’Aiguille creuse

#4 813 / La double vie d’Arsène Lupin

#5 813 / Les trois crimes d’Arsène Lupin

#6 Le bouchon de cristal

#7 Les Confidences d’Arsène Lupin

#8 L’éclat d’obus

#9 Le Triangle d’or

#10 L’Île aux trente cercueils

#11 Les Dents du tigre

#12 Les Huit Coups de l’horloge

#13 La Comtesse de Cagliostro

#14 La Demoiselle aux yeux verts

#15 L’Agence Barnett et Cie

#16 La Demeure mystérieuse

#17 La Barre-y-va

#18 La Femme aux deux sourires

#19 Victor, de la Brigade mondaine

#20 La Cagliostro se venge

#21 Les milliards d’Arsène Lupin

#22 Le dernier amour d’Arsène Lupin


Livrepoche.fr, un livre, une poche…

4 comments to “Les Huit Coups de l’horloge de Maurice Leblanc”
  1. Mince alors ! j’avais oublié qu’il y avait 8 petites histoires dans Les 8 Coups de l’horloge. Il faut que j’avance dans ce challenge (mais j’aime pas L’Ile aux Trente Cercueils alors j’en repousse sans cesse la relecture).
    Quand à répondre à ta question j’hésite entre L’ Aiguille Creuse et 813… Mais je n’ai pas encore tout relu 😉

    • C’est vrai que l’ambiance dans L’île aux trente cercueils est particulière et oppressante. 813 et L’aiguille creuse sont très bon aussi, of course.

  2. Ah c’est bien ça une variante dans la forme au milieu de la saga Arsène. J’aime bien (de plus en plus) le format des courtes nouvelles, je trouve ça rafraîchissant et parfois salvateur.

    Cela me donne de plus en plus envie de me lancer. (avant toutefois, je veux avancer comme il se doit dans des séries qui traînent sur ma pile à lire! et je tiens le coup)

    • Je ne crois pas qu’il y ait un auteur qui soit aussi novateur et qui remette autant en question son héros et la façon de le mettre en scène.
      Moi aussi j’aime bien ne pas avoir trop de séries en cours.

N'ayez pas peur de commenter