L’Assassin Royal 6, La reine solitaire de Robin Hobb

L’Assassin Royal 6, La reine solitaire (2000) de Robin Hobb, traduction d’Arnaud Mousnier-Lompré…

Le résumé de l’éditeur de poche, ici: À la tête d’une déroutante procession – la reine Kettricken, la mystérieuse Gaudron, Astérie la ménestrelle et le fou -, Fitz poursuit son chemin sur la voie magique. Une quête toujours plus ardue car incessante est la traque menée par Royal, son ennemi juré, et ses meilleurs artiseurs et soldats d’élite, pour les retrouver et les tuer. S’enfonçant avec difficulté dans une contrée oppressante habitée d’étranges présences, leur chemin, jalonné de gigantesques statues, va les mener à une imposante carrière de pierre noire. Mais où se terre Vérité? Est-il seulement encore vivant?

Alors voila. La fin du Premier Cycle. La reine solitaire clos toutes les intrigues ouvertes depuis le début. Et Robin Hobb explore très loin les mystères de la magie de l’Art sous une forme au lyrisme romanesque non dénué d’un certain charme. Je vous laisse découvrir ce qu’il en est.

Pour juger La reine solitaire comme un roman à part entière, je dirais qu’il conserve le style (on peut dire caractéristique) de Robin Hobb où la narration prend son temps, s’installe dans les petites choses du quotidien des personnages avec ses lenteurs, ses redondances. Mais cela fait monter la pression. Personne n’est dupe. L’aventure, peu importe sa forme, doit prendre fin dans La reine solitaire.

Et on se laisse prendre à cette magie croissante dont on ne sait pas vers quoi elle tend et ce qu’elle va amener comme dénouement. Robin Hobb s’en tire bien. Entre le prophétique mystérieux et ce qui arrive finalement elle a su dire sans dire, raconter sans dévoiler, jusque là.

Puis, fin de tome, fin de Cycle, tout s’enchaine rapidement, très rapidement, trop rapidement. Car oui, si Robin Hobb prend souvent son temps, là, j’ai l’impression qu’elle se débarrasse de l’épilogue. Quelques pages et tout est dit. N’était-il pas possible d’en garder un peu? Quelques évènements à nous raconter dans le prochain Cycle? Mis à part ce choix narratif qui favorise l’intensité de l’action linéaire, j’ai beaucoup aimé l’univers de L’Assassin Royal. Et heureusement, il y a encore beaucoup à découvrir.


L’Assassin Royal, premier cycle

#1 L’apprenti assassin

#2 L’assassin du roi

#3 La nef du crépuscule

#4 Le poison de la vengeance

#5 La voix magique

#6 La reine solitaire

Les Aventuriers de la mer

#1 Le vaisseau magique

#2 Le navire aux esclaves

#3 La conquête de la liberté

#4 Brumes et tempêtes

#5 Prisons d’eau et de bois

#6 L’éveil des eaux dormantes

#7 Les Seigneur des trois règnes

#8 Ombres et flammes

#9 Les marches du trône

L’Assassin Royal, deuxième cycle

#7 Le prophète blanc

#8 La secte maudite

#9 Les secrets de Castelcerf

#10 Serments et deuils

#11 Le dragon des glaces

#12 L’homme noir

#13 Adieux et retrouvailles

L’Assassin Royal, troisième cycle

#14 Le Fou et l’Assassin

#15 La Fille de l’assassin

#16 En quête de vengeance

#17 Le Retour de l’assassin

#18 Sur les rives de l’Art

#19 Le destin de l’assassin


Livrepoche.fr, un livre, une poche…

8 comments to “L’Assassin Royal 6, La reine solitaire de Robin Hobb”
  1. c’est marrant concernant cette fin, je viens de faire la même réflexion sur la saga des aventuriers de la mer, parfois ça « tire en longueur » et la fin est légèrement « précipitée ».
    tu vas attaquer les aventuriers? je viens de finir la saga et j’ai adoré !
    bonne lecture à toi 😉

    • Je ne crois pas que je vais commencer Les aventuriers très rapidement. J’ai envie d’avancer dans d’autres séries en cours.
      C’est clair que le style de Robin Hobb prend son temps pour raconter les histoires. Cela donne une certaine longueur. C’est dommage de laisser cette impression finale de précipitation.
      J’ai entendu qu’il y avait un autre cycle à intercaler entre le deuxième et le troisième, La cité des anciens, est-ce le cas?

  2. oui, on lit le 1er cycle de l’AR, puis les aventuriers de la mer, puis le second cycle de l’AR, puis la cité des anciens (qui se passe dans le désert des pluies, évoqué dans les aventuriers) et enfin le dernier cycle de l’assassin, je lis tout dans l’ordre, car je pense que il peut y avoir des spoilers disséminés ça et là!! J’espère que ça te plaira les aventuriers, en ce qui me concerne, j’ai adoré toute la mythologie créé, c’est presque plus dense que l’assassin, mais peut-être que je pense ça parce que je viens juste de le finir 😉

    • Je vais tout lire dans l’ordre aussi et ça veut dire qu’il faut que je rajoute 8 tomes. Ça me fait un petit choc quand même! Et arrête tout de suite de me parler de Les aventuriers de la mer, tu vas me faire le commencer plus tôt.

  3. J’avais plutôt aimé cette conclusion du 1er cycle. Active, urgente, ouverte encore à plein d’évènements, annonciatrice en quelque sorte. Je n’ai aucun doute que Robin Hobb en ait gardé sous la pédale pour continuer à émoustiller notre curiosité.

    Cassie a raison Les aventuriers de la mer c’est encore autre chose et j’aime de plus en plus. Pour autant, j’ai hyper hâte de retrouver Fitz, la reine, Vérité. Ils continuent de me manquer.

    Bonne continuation quand elle viendra 🙂

N'ayez pas peur de commenter