LE DESTIN DES MALOU DE SIMENON

Le Destin des Malou de Simenon par Livrepoche.fr

Le Destin des Malou de Simenon…

Je suis en plein dans la lecture de certains romans « dur » de Simenon. Après Dimanche et Strip-tease me voici avec Le Destin des Malou. Sans parler du style de Simenon, toujours implacable, juste et à -propos, Le Destin des Malou est une histoire puissante, dense. La quête du père et qui devient la quête de soi. Dimanche m’avait enthousiasmé tandis que j’avais l’impression d’être passé à côté de Strip-tease. Avec Le Destin des Malou, Simenon frappe fort.

Une biographie de Simenon et le lien vers l’éditeur de poche, iciGeorges Simenon, écrivain belge de langue française, est né à Liège en 1903. Il est l’un des auteurs les plus traduits au monde. A seize ans, il devient journaliste à La Gazette de Liège. Son premier roman, publié sous le pseudonyme de Georges Sim, paraît en 1921 : Au pont des Arches, petite histoire liégeoise. En 1922, il s’installe à Paris et écrit des contes et des romans populaires. Près de deux cents romans, un bon millier de contes et de très nombreux articles sont parus entre 1923 et 1933… En 1929, Simenon rédige son premier Maigret : Pietr le Letton. Lancé par les éditions Fayard en 1931, le personnage du commissaire Maigret rencontre un immense succès. Simenon écrira en tout soixante-quinze romans mettant en scène les aventures de Maigret (ainsi que vingt-huit nouvelles). Dès 1931, Simenon commence à écrire ce qu’il appellera ses  » romans durs  » : plus de cent dix titres, du Relais d’Alsace (1931) aux Innocents (1972). Parallèlement à cette activité littéraire foisonnante, il voyage beaucoup. A partir de 1972, il cesse d’écrire des romans. Il se consacre alors à ses vingt-deux Dictées, puis rédige ses Mémoires intimes (1981). Simenon s’est éteint à Lausanne en 1989. Il fut le premier romancier contemporain dont l’oeuvre fut portée au cinéma dès le début du parlant avec La Nuit du carrefour et Le Chien jaune, parus en 1931 et adaptés l’année suivante. Beaucoup de ses romans ont été portés au grand écran et à la télévision. Les différentes adaptations de Maigret ou, plus récemment, celles de romans durs (La Mort de Belle, avec Bruno Solo) ont conquis des millions de téléspectateurs.

La taille du roman peut laisser penser à une petite oeuvre simple, modeste mais en réalité, elle est riche et dense comme un roman qui ferait 3 fois cette taille. Simenon est un grand raconteur d’histoires, c’est indéniable.

Le Destin des Malou est une quête du père mort par le fils cadet d’une famille au bout de sa déchéance. La quête du père, la quête de soi et, en fond, les changements d’une époque. La société qui se transforme par paliers. En cela, je trouve que c’est un roman majeur car il est révélateur d’un large faisceaux de comportements humains et annonciateur de transitions.

Séduit par la profondeur de ce récit, j’y ai trouvé une grandeur et un équilibre, la marque d’un auteur de talent, maître du rythme, des angles de perception et de la voix.

Je suis peut-être un peu trop dans l’éloge ! Je suis vraiment dans de bonnes dispositions on dirait !

L’avez-vous perçu de la même façon que moi ?

Livrepoche.fr, un livre, une poche…

4 Comments
  1. Pingback: IL Y A ENCORE DES NOISETIERS DE SIMENON - livrepoche

  2. Pingback: LE FILS DE SIMENON - livrepoche

  3. Pingback: LA BOULE NOIRE DE SIMENON - livrepoche

  4. Pingback: LE CHAT DE SIMENON - Livrepoche.fr

N'ayez pas peur de commenter