LE SERPENT AUX MILLE COUPURES DE DOA

Le serpent aux mille coupures (2009) de DOA…

Le résumé de l’éditeur de poche, iciTrois criminels sud-américains sont retrouvés morts à Moissac, paisible bourgade viticole du Quercy. Pour le lieutenant-colonel de gendarmerie Massé du Réaux, appelé sur les lieux de la fusillade, aucun doute, c’est le travail d’un professionnel. Règlement de comptes entre narcotrafiquants ou acte d’un homme traqué, qui n’a rien à perdre et s’est trouvé au mauvais endroit au mauvais moment?

Réellement enchanté par les oeuvres de DOA lues précédemment et qui compose le Cycle clandestin, je me lançais dans Le serpent aux mille coupures (le dernier du Cycle que je n’ai pas lu). Une chose me surprend cependant, c’est la taille du roman, beaucoup plus court, et dont il est difficile d’imaginer ce que va donner le style fourni, précis et détaillé de DOA en si peu de lignes.

L’univers de cet histoire a délaissé la froideur des villes pour migrer vers la rigueur de la campagne mais en conservant les bons ingrédients: De l’action, des services de police ou de renseignement qui s’entremêlent, des méchants et une tension qui traversent le roman de part en part. J’aime comment DOA traite ses personnages et nous les livres, brut, en plein dans le concret. Le serpent aux mille coupures est cependant plus subtil et moins manichéen qu’il ne le laisse paraître.

Sans parler de l’histoire, je trouve que ce texte relève plutôt de la chronique. Le lien de filiation avec les autres romans ne tient qu’à un élément (que je ne dévoilerais pas et DOA fait beaucoup pour ne pas trop en dire non plus.

J’ai lu dans une chronique (je ne me rappelle plus laquelle) que cette histoire se déroule quelques heures après la fin de Citoyens clandestins mais personnellement, et malgré une lecture rapprochée, je ne vois pas la continuité. Si vous la connaissez, n’hésitez pas à intervenir pour m’éclairer.

Bien sûr, je conseille fortement la lecture de Pukhtu primo et Puhktu Secundo.


Livrepoche.fr, un livre, une poche…

4 Comments
    • Mais je sens que je ne suis pas dans le bon état d’esprit pour le faire… Je ne voudrais pas gâcher cette lecture en étant en mode « impatiente » donc j’évite un peu les pavés du genre pour le moment ^^

N'ayez pas peur de commenter