Typhon de Joseph Conrad

Typhon (1903) de Joseph Conrad, traduction d’André Gide…

Le résumé de l’éditeur de poche, ici: « »Stoppez ! » mugit M. Rout.
Personne – pas même le capitaine Mac Whirr, qui, seul sur le pont, avait aperçu une blanche ligne d’écume s’avancer, à une telle hauteur qu’il n’en pouvait croire ses yeux -, personne ne devait jamais savoir ce qu’avait été l’escarpement de cette lame, et l’effrayante profondeur du gouffre que l’ouragan avait creusé derrière la mouvante muraille d’eau.
Elle accourait à la rencontre du navire ; et le Nan-Shan, alors, s’arrêtant comme pour se ceindre les reins, souleva son avant, puis sauta. Les flammes de toutes les lampes s’affaissèrent, assombrissant la chambre des machines ; l’une d’elles s’éteignit. Avec un fracas déchirant, un tumulte furieux et giratoire, des tonnes d’eau tombèrent sur le pont…

Beaucoup est dans le titre, cette mais ne vous y trompez pas, il s’agit de bien plus qu’un Typhon. Et là, j’ai pris une petite claque. Joseph Conrad a su avec ce cours roman, allé au-delà des évènements pour parler des hommes.

Dans un style un peu daté, Joseph Conrad raconte la vie d’une bateau, le Nan-Shan, pris dans les affres d’un Typhon. Avec subtilité, alors que le lecteur que je suis se focalisait sur les évènements, sur l’action autour de la tempête à venir, Joseph Conrad dressait le portrait de ses hommes qui allaient l’affronter.

Typhon est une vraie réussite à mon goût car l’auteur assume ses choix (je n’en dis pas plus pour ne pas spoiler) en axant son récit sur les hommes, sur leur métier, les incidences sur leur vie et leur entourage. En cela, Joseph Conrad devient un peintre de son époque et il portraitise avec compassion et tendresse ses marins d’aspect si bourru. Et qui mieux que Joseph Conrad pouvait être aussi juste pour parler d’eux. Lui qui a eu une première vie de marin dans la marine marchande, pendant 16 ans, avant de se consacrer totalement à la carrière littéraire. Bien lui en a pris.

Tout en connaissant le nom, je ne connais pas les oeuvres majeures de cet auteur. Avez-vous des conseils?


Livrepoche.fr, un livre, une poche…

2 comments to “Typhon de Joseph Conrad”
  1. Je connais l’auteur de nom aussi, je ne crois pas l’avoir lu… mais je me méfie de ma mémoire car il y a bons nombres de titres lus au collège ou lycée que j’ai oublié…
    Bref le nom me parle.

    il a l’air plaisant ce titre en tout cas, tentant.

    • Ça m’a fait le même effet mais moi, j’étais certain de ne pas l’avoir lu. Ça me fait penser à Kessel.

N'ayez pas peur de commenter