Le Sang des Princes 2. L’Éveil des Réprouvés de Romain Delplancq

Le Sang des Princes, tome 2 L’Éveil des Réprouvés (2016) de Romain Delplancq…

Le résumé de Les Éditions de l’Homme Sans Nom (HSN):
Tandal est en fête. Tandal est en transe. Tandal ignore tout du cancer installé au coeur même de ses noces princières.
Esclave d’un jeu inconnu, le peintre Mical est aux oubliettes, et autour de sa cellule les couteaux s’aiguisent. Sa famille d’adoption Austroise fourbit ses stratagèmes pour l’en libérer. Les étranges Spadelpietra, oscillant de la sagesse à la monstruosité, font tanguer le pays entre grandeur et catastrophe.
Que le secret de ce théâtre de marionnettes se trouve dans la science volée des Austrois, dans les reliques de l’enquête de l’homme à l’oeil de givre et d’une hérétique de l’Ouest ou sous les murs d’une citadelle recluse dans les montagnes de l’Est… la clef pour lui survivre reste encore à découvrir, quelque part dans les sombres angles du clair-obscur.

Grâce aux Éditions de l’Homme Sans Nom, j’ai pu lire la seconde partie de Le Sang des Princes. Ayant lu L’appel des Illustres il n’y a que 2 ans et demi, je pensais me souvenir suffisamment du roman pour débuter directement la suite, L’Éveil des Réprouvés. Non! Ne faites pas comme moi. Si vous le pouvez, lisez les 2 tomes de manière assez rapproché. Romain Delplancq mérite ce petit effort/investissement car la foultitude de personnages à de quoi garde les lecteurs.

J’ai mis pas mal de temps à resituer les liens, les filiations et autres interactions entre tous. Car ce second tome de Le Sang des Princes me fait l’effet d’être plus dense, plus profond, plus sombre aussi que le premier. L’intrigue est parfaitement dosée entre l’action (cela n’en manque pas), l’aventure, les mystères (cela n’en manque pas) qui jalonnent ce roman. 

Romain Delplancq reste dans les marques d’une fantasy classique mais pousse plus loin certains curseurs. L’Éveil des Réprouvés conclue cette aventure épique avec une multitude de révélations, bien trouvées et surprenantes.

Malgré le flou dans lequel j’étais pendant une bonne partie de Le Sang des Princes, j’ai quand même apprécié la plume de Romain Delplancq qui convient très bien à ce genre là, à cet univers là.


Livrepoche.fr, un livre, une poche…

N'ayez pas peur de commenter