GAMINES DE SYLVIE TESTUD

Gamines (2006) de Sylvie Testud…

Le résumé de l’éditeur de poche, ici:

– Qu’est-ce que tu faisais dans la chambre de maman ?
– J’ai volé une photo. Une toute petite photo.
– Tu lui ressembles tellement, a dit ma sœur.
J’ai mis la photo dans la poche de mon jean. Je me suis assise dessus pendant trente ans.
– La photo est ressortie de ma poche ! j’ai dit à mes sœurs. J’ai vu l’homme de la photo !
– Qui ?
– Celui qui porte le même nom que nous, le même nom que moi. Ce n’est pas une photo, c’est un homme !
J’ai donc un père. Que dois-je faire ? Trente ans que je réponds : «Je n’ai pas de père. Je n’ai qu’une photo.» Devant les mines compatissantes, je réponds depuis trente ans : «Je n’ai pas de père, mais je m’en fiche, c’est comme ça.»

Je connaissais l’actrice Sylvie Testud, je découvre l’autrice. Avec une personnalité comme la sienne, j’étais curieux de savoir ce qu’elle avait à écrire et me voila avec Gamines entre les mains.

Gamines, c’est un texte autobiographique romancé, ou l’inverse. Dans tous les cas, il est difficile d’imaginer un autre personnage principal que Sylvie Testud. Mais peu importe après tout!

Du point de vue des 3 soeurs, le récit est comme on peut s’y attendre. Léger, chaleureux, naïf et drôle parfois. Le style de Sylvie Testud m’a bien plu dans ce registre. Elle ne tombe pas dans la caricature de la voix enfantine et son style simple, neutre colle bien.

Je regrette des enchainements de chapitres ayant peu de liens romanesques entre eux! Anecdotes + anecdotes + anecdotes… Gamines ressemble trop à une autobiographie d’autant que, sur la fin, ce ne sont plus les enfants qui parlent mais les adultes qu’elles sont devenues. À mon sens, un manque de cohésion du récit. Et pourtant…

Pourtant, ce sont ces ellipses qui apportent un peu de réflexion et du romanesque, à cette autobiographie. Il y a dans Gamines une réflexion sur l’absence et sur la construction de soi à travers ce manque. Mensonge et non-dits prennent alors beaucoup d’importance.

Ce n’est pas Gamines qui me fera dire que Sylvie Testud devient à mes yeux, une romancière. Peut-être un autre récit d’elle me fera changer d’avis!


Livrepoche.fr, un livre, une poche…

N'ayez pas peur de commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.