Vagabond de Takehiko Inoue

Vagabond (1999-20xx) de Takehiko Inoue, d’après l’oeuvre d’Eiji Yoshikawa, Grand Prix de la 6e édition du Prix culturel Tezuka…

Le résumé de l’éditeur: Miyamoto Musashi est un rônin, un samurai errant. Il parcourt les routes du Japon à la recherche des plus grands bretteurs afin de parfaire son art et de devenir un jour le meilleur samurai de l’archipel. Musashi voyage donc à la rencontre des plus grands kenjutsu afin de parfaire son art. De son côté, Matahachi essaie vaillamment de changer pour mériter son nouveau nom de Kojiro Sasaki. Takehiko INOUE nous livre ici sa vision de la vie de Musashi. Une vie mouvementée, principalement faite de rencontres. Adaptation du roman Miyamoto Musashi de Eiji Yoshikawa (La Pierre et le Sabre et La Parfaite Lumière en français), Vagabond retrace la vie du plus grand samurai de l’histoire du Japon. Vagabond a remporté le grand Prix de la 6e édition du Prix culturel Tezuka, qui récompense chaque année les meilleurs titres de mangas publiés. Le Prix Tezuka est l’un des prix les plus importants du manga, à côté des prix décernés directement par les éditeurs.


Vagabond T.1

Je ne voulais pas commencer une nouvelle série de samouraï avant d’avoir terminé Sidooh de Tsutomu Takahashi. Puis j’ai craqué à force de voir les 3 premiers tomes de Vagabond de Takehiko Inoue, systématiquement dans les tops de série manga à lire.

Et avec ce tome 1, l’histoire commence fort. La situation est déjà très tendue. Les tensions énormes de l’après-guerre qui pourchasse les déserteurs et les fuyards (foutue code d’honneur) placent le héros en piètre position de survie. Le vagabond est lancé.

Les dessins de Takehiko Inoue sont très beau dans leur rudesse. Il y a quelque chose de brut et de violent. On sent que ça va pas rigoler à chaque page mais ça colle avec le caractère du personnage central. Je suis pas des plus charmé par le style des visages. Je leur préfère le style de Tsutomu Takahashi. Question de goût, j’imagine.

Vagabond T.2


Livrepoche.fr, un livre, une poche…

N'ayez pas peur de commenter