Sidooh de Tsutomu Takahashi

Sidooh (2005- 20xx) de Tsutomu Takahashi…

T.1

Le résumé de l’éditeur: Milieu du dix-neuvième siècle au Japon. Une femme meurt emportée par l’épidémie de choléra qui ravage le pays, elle laisse deux jeunes enfants livrés à eux-mêmes : Shotaro, 14 ans et Gentaro, 10 ans. Suivant les dernières recommandations de leur mère, ils savent que pour survivre, ils devront devenir forts car les faibles sont voués à mourir. Ils se mettent alors en quête d’un maître qui leur apprendra à manier le sabre pour devenir comme leur défunt père, un samouraï. Ces innocents orphelins sont loin de s’imaginer combien le monde qui les entoure peut-être sans pitié envers ceux qui ne savent se défendre…

Quand j’ai feuilleté quelques pages de Sidooh, j’ai été séduit par son côté rétro. Les planches de Tsutomu Takahashi, sont chargées, sombres, j’irai même jusqu’à dire granuleux. L’univers moyenâgeux convient bien à ce style de dessins.

Pour l’histoire, ce tome 1 pose des bases bien sombres. Il y a rien a sauvé. Tsutomu Takahashi n’est pas tendre avec ses personnages. de désillusions en désillusions, on tombe au plus bas avec les 2 frères.

Je viens de voir sur le site de Nautiljon que la série comporte 25 tomes et que la France s’est arrêtée à 14 tomes. J’espère que les éditeurs n’ont pas laissé la série en suspens mais au moins terminé un arc narratif. Saurez-vous me répondre ?

T.2

Le résumé de l’éditeur: Shotaro apprend qu’il va être sacrifié au cours d’un combat truqué, organisé par les « coeurs purs » dans le cadre d’un spectacle donné devant les dignitaires d’Edo. Sa seule chance de s’en sortir est de se battre. Mais en deux nuits, comment le jeune garçon pourrait-il apprendre à manier suffisamment bien le katana pour rivaliser avec un adversaire surentraîné ?

En un sens, ce deuxième tome calme le jeu pessimiste du tome 1. Niveau déception, on peut guère aller plus bas de toute façon. Tsutomu Takahashi introduit son univers, un univers très violent, teinté de spiritualité déviante.

On commence à entrevoir le déroulé de ce qui peut arriver avec cette menace de mort imminente sur le protagoniste de Sidooh. Ce tome prend le temps de se poser mais est-ce pour mieux nous surprendre ?

Ce tome 2 se termine en plein milieu d’un combat en cours et là, je me sens obliger d’enchainer avec le suivant.

T.3

Le résumé de l’éditeur: Dans l’arène de la résidence des coeurs purs, Shotaro livre un combat difficile contre Asaji, un jeune prodige du combat appartenant à la terrible dorentaï. Malgré son manque d’entrainement, le jeune captif parvient à toucher son adversaire mais affamé, blessé et peu sûr de lui, le jeune garçon sent le piège se refermer.

Reprise du combat interrompu et le destin des garçons, après d’âpres débuts, tourne enfin à leur avantage.

Une ellipse nous amène 2 ans plus tard. Vous avouerez que le découpage est étrange. Devenus samouraï, les 2 héros de Sidooh semble enfin débuter leur aventure. Le caractère des 2 frères se dessinent dans leur différence. Comment cela va-t-il évolué.

La suite au prochain tome.

T.4

Le résumé de l’éditeur: Désormais membres du bataillon blanc de Kiyozo Asakura, Gentaro et Shotaro se rendent à Edo, où ils ont rejoint les rebelles qui veulent renverser le Bakufu. Alors qu’ils s’apprêtent à partir pour Yokohama, ils sont attaqués de nuit par des hommes du gouvernement. Un baptême du feu sanglant pour le byakurentaï !

T.5

Le résumé de l’éditeur: Désormais privés de la couverture de « blanchisseurs » que les rebelles de Mito leur fournissaient avant d’être exterminés par le Bakufu, Kiyozo et les autres membres du Byakurentaï sont contraints d’élaborer un nouveau plan d’attaque pour remplir la mission qui leur a été confiée : couler le « navire noir » que les Américains ont amarré dans le port de Yokohama…

T.6

Le résumé de l’éditeur: Le « navire noir » est en flammes et les membres du Byakurentaï mènent leur attaque avec brio jusqu’au moment où les « étrangers » se mettent à utiliser les armes à feu. Ino est touché par une balle et s’écroule par terre. Il demande alors à Gen de le laisser et de s’enfuir, mais le garçon est furieux et ne compte pas en rester là. Dans un accès de rage, il fonce vers les membres du Bakufu, son sabre à la main. Le capitaine Johnson, qui était à bord d’un autre vaisseau, refuse de voir le Byakurentaï couler le « navire noir ». Il donne alors l’ordre de sortir les canons et de faire feu sur le bateau en flammes.

T.7

Le résumé de l’éditeur:Voilà maintenant un an que le Byakurentaï s’est installé à Edo, la capitale. Shotaro et son frère Gentaro, après un entraînement draconien, ont acquis une excellente maîtrise du sabre. Afin de tester leurs limites, ils décident de s’inscrire à un grand tournoi, auquel participent de nombreux et puissants combattants…

T.8

Le résumé de l’éditeur: « Si je perds, je me ferai seppuku. » C’est sur cette déclaration que Gentaro lance un défi à Kanbee Sagawa. Il est cependant vite dépassé par la force écrasante de son adversaire. Plus que son corps meurtri, c’est l’orgueil du jeune homme qui ne se remet pas des coups qu’il reçoit, c’est finalement vers lui-même qu’il pointe sa lame !

T.9

T.10

T.11

T.12

T.13

T.14


Livrepoche.fr, un livre, une poche…

N'ayez pas peur de commenter