LES DÉLICES DE TOKYO DE DURIAN SUKEGAWA

Les Délices de Tokyo (2013) de Durian Sukegawa…

Le résumé de l’éditeur de poche, ici« Écouter la voix des haricots » : tel est le secret de Tokue, une vieille dame aux doigts mystérieusement déformés, pour réussir le an, la pâte de haricots rouges qui accompagne les dorayaki, des pâtisseries japonaises. Sentarô, qui a accepté d’embaucher Tokue dans son échoppe, voit sa clientèle doubler du jour au lendemain, conquise par ses talents de pâtissière. Mais la vieille dame cache un secret moins avouable et disparaît comme elle était apparue, laissant Sentarô interpréter à sa façon la leçon qu’elle lui a fait partager.
Magnifiquement adapté à l’écran par la cinéaste Naomi Kawase, primée à Cannes, le roman de Durian Sukegawa est une ode à la cuisine et à la vie. Poignant, poétique, sensuel : un régal.

Une superbe déclaration d’amour aux sens.

Elle

Pour terminer l’année 2017 sur une lecture légère, je me suis tourné vers Les Délices de Tokyo de Durian Sukegawa et ce ne fut pas une erreur. ce petit roman plein de douceur et de tendresse se lit très rapidement. L’auteur semble être un écrivain atypique. De son vrai nom Tetsuya Sukegawa, il est aussi poète, philosophe, musicien (punch-rock) et animateur radio.

Mais de toutes ses facettes, c’est surtout le poète que l’on voit dans les lignes de Les Délices de TokyoDurian Sukegawa dresse le portrait d’un homme effacé qui se dilue dans le quotidien jusqu’au moment où il rencontre une vielle femme qui va le faire changer, malgré lui!

On retrouve dans ce roman un certain ton qui me séduit beaucoup chez les asiatiques. Il y a la poésie des choses, une notion de temps plus à l’écoute et moins dans l’action. Et tous ses éléments font de ce récit une ballade comme un voyage. Sans heurt, tout en subtilité, Durian Sukegawa dévoile un récit puissant sans qu’il n’y paraisse.

Avec retenue, modestie peut-être, l’auteur réussit à nous plonger dans un japon simple et plein de saveurs, un japon quotidien faisant face à ses démons, à ses faiblesses. Et l’apparente simplicité devient universelle. Là, il y a un peu  du Durian Sukegawa philosophe mais rien de lourd, ni de pesant ici.

J’ai aimé Les Délices de Tokyo et je me demande si l’auteur, Durian Sukegawa a d’autres oeuvres traduites en français?


Livrepoche.fr, un livre, une poche…

12 Comments
    • J’aime bien ce genre de roman aussi! Ça fait du bien cette légèreté dans le style. Et cette forme de bienveillance.

  1. Tu es donc toi aussi tombé sous le charme de ces délices de Tokyo.. Il faut vraiment que je découvre ce texte. Après avoir vu le film dont je garde un très bon souvenir. Bon dimanche à toi !

N'ayez pas peur de commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.