LA FORTUNE DES ROUGON D’ÉMILE ZOLA

La Fortune des Rougon (1871) de Émile Zola…

Le résumé de l’éditeur de poche, iciDans la petite ville provençale de Plassans, au lendemain du coup d’Etat d’où va naître le Second Empire, deux adolescents, Miette et Silvère, se mêlent aux insurgés. Leur histoire d’amour comme le soulèvement des républicains traversent le roman, mais au-delà d’eux, c’est aussi la naissance d’une famille qui se trouve évoquée : les Rougon en même temps que les Macquart dont la double lignée, légitime et bâtarde, descend de la grand-mère de Silvère, Tante Dide. Et entre Pierre Rougon et son demi-frère Antoine Macquart, la lutte rapidement va s’ouvrir. Premier roman de la longue série des Rougon-Macquart, La Fortune des Rougon que Zola fait paraître en 1871 est bien le roman des origines. Au moment où s’installe le régime impérial que l’écrivain pourfend, c’est ici que commence la patiente conquête du pouvoir et de l’argent, une lente ascension familiale qui doit faire oublier les commencements sordides, dans la misère et dans le crime. « Votre comédie est tragique », écrit Hugo juste après avoir lu le livre : « Vous avez le dessin ferme, la couleur franche, le relief, la vérité, la vie. Continuez ces études profondes. »

Me voila lancé dans une saga démesurée, à nul autre pareille, celle des Rougon-Macquart d’Émile Zola. 20 tomes. Classique absolu. Monumental! Jusque là, inégalé!

Ça, c’est la promesse. Moi, je n’en suis qu’au début, le premier tome, La Fortune des Rougon.

J’ai essayé d’aborder Émile Zola avec la même fraicheur, la même innocence que j’essaye de faire pour toutes mes lectures. Je gomme les aprioris mais là, très rapidement, La Fortune des Rougon s’est profilé comme le grand classique auquel on peut s’attendre. J’entends par là que le style d’Émile Zola est riche (on peut dire chargé) et que la quête du réalisme et de l’exhaustivité est très palpable dans La Fortune des Rougon!

Documenté, foisonnant, La Fortune des Rougon, c’est aussi la pierre fondatrice de la saga. Chromant pose les thématiques essentielles à Émile Zola comme la politique (il traite ailleurs un passage très intéressant des changements de régime en France), l’atavisme et une incroyable dénonciation sociale ou plutôt humaine. Surtout, il pose la naissance quasi biblique de la famille des Rougon-Macquart.

Je dois le dire, je m’attendais à une structure de récit très linéaire (classique) mais La Fortune des Rougon suit un plan original complexe et je n’en ai pas bien saisi le but sinon à donner du rythme. Dans ce roman, il y a 2 grosses parties qui s’entremêlent astucieusement car elles reposent sur une dualité!

La partie qui concerne la généalogie de la famille, son historique, je l’ai trouvé un peu lourde (le classique qu’on s’imagine), lourde mais cependant nécessaire à l’édification des caractères héréditaires des Rougon et des Macquart!

J’ai bien aimé le fait qu’Émile Zola est mis en équilibre le réalisme le plus brut et le plus vil avec un romantisme naïf, plein de vie. Cela accentue encore la qualité littéraire de La Fortune des Rougon. Ce n’est pas qu’une chronique sociale factuelle mais bel et bien un roman.

Il faut le dire, Émile Zola n’est pas une lecture aussi facile, stylistiquement, que ce qui se fait avec des auteurs contemporains mais cela en vaut vraiment la peine et j’ai même été surpris que la fin m’amène vers un territoire émotionnel fort, preuve, s’il en est, que j’ai bien aimé La Fortune des Rougon.

Il est à noter l’énorme travail préparatoire d’Émile Zola qui sert la précision du récit et facilite l’immersion dans une réalité qui n’est plus la notre! J’ai déjà hâte de lire la suite, La curée!


La saga Rougon-Macquart

#1 La Fortune des Rougon

#2 La curée

#3 Le ventre de Paris

#4 La Conquête de Plassans

#5 La Faute de l’abbé Mouret

#6 Son Excellence Eugène Rougon

#7 L’assommoir

#8 Une page d’amour

#9 Nana

#10 Pot-bouille

#11 Au bonheur des dames

#12 La joie de vivre

#13 Germinal

#14 L’oeuvre

#15 La terre

#16 Le Rêve

#17 La bête humaine

#18 L’Argent

#19 La Débâcle

#20 Le docteur Pascal


Livrepoche.fr, un livre, une poche…

7 Comments
    • Ça fait pas très longtemps que je les ai dans la biblio mais je comprends ton sentiment! Sans une volonté farouche de lutter contre ma procrastination à lire les livres qui ne sont pas très sexy, je ne me serais pas lancer dedans!

  1. Je n’ai décidément pas réussi à plonger entièrement dans ce livre dont la lourdeur me coupait l’enthousiasme. Je suis pourtant conscient de l’énorme potentiel de ce roman . . . Je tenterai de m’y prendre mieux la prochaine pour pouvoir en profiter.

    • Je te comprends Samuel, il faut faire faire un certain effort de lecture et parfois, ce n’est pas le bon moment!

  2. Pingback: LA CURÉE D'ÉMILE ZOLA - Livrepoche.fr

N'ayez pas peur de commenter