In tenebris de Maxime Chattam

In tenebris (2003) de Maxime Chattam…

Le résumé de l’éditeur: Des ténèbres, nul ne sort indemne. Les propos de Julia, retrouvée scalpée, errant dans les rues de Brooklyn, n’ont de sens que pour elle. Elle affirme sortir de l’Enfer, avoir échappé au Diable lui-même. Et n’être pas la seule…
Sous la neige new-yorkaise, couve un feu de tourments – un bûcher d’innocents. Le profileur Joshua Brolin sait qu’il lui faudra y plonger.
Sans espoir de salut…

2e opus de la Trilogie du Mal, In tenebris a presque les même défauts que le 1er tome. Maxime Chattam en corrige certains et j’ai remarqué, chez lui, une sorte de dualité dans les intentions. Il cherche, et appuie fortement, sur le côté réaliste des procédures et de l’univers qu’il emploie. Nul doute qu’il y a beaucoup de recherches et de préparation en amont. Il se défend même de s’éloigner des incohérences qu’on trouve dans le cinéma ou la littérature.

Et parallèlement à ça, il développe un style très visuel, très cinématographique avec usage du ralenti ou effet à peu près improbable (je pense aux tirs à travers un mur pour tuer un ennemi et dont le sang coule au travers des trous de ce même mur). S’ajoute les scènes où la mort est promise… Mais non.

En soi, le style cinématographique ne me gêne pas mais Maxime Chattam insiste tellement sur son réalisme que le contraste est criant.

Pour ce qui est de l’histoire, In tenebris est très noir. Je ne me suis pas ennuyé, loin de là mais peut-être ma lecture parallèle, Black-out, très ennuyeuse y est pour quelque chose. Ce n’est pas une intrigue virtuose. J’avais l’impression d’être dans un thriller à l’américaine, sans surprise, ni éclat. Un bon produit hollywoodien. j’ai même vu venir la chute et je suis rarement doué pour ça.

Je n’ai guère plus à dire sur In tenebris. j’aimerais découvrir d’autres oeuvres de Maxime Chattam, peut-être plus récentes, une fois que j’aurais terminé la Trilogie du Mal avec le dernier titre, Maléfices.


La Trilogie du Mal

#1 L’Âme du Mal

#2 In tenebris

#3 Maléfices


Livrepoche.fr, un livre, une poche…

15 comments to “In tenebris de Maxime Chattam”
  1. Avin, je sais pas si tu as de la chance de pouvoir les lire maintenant.. moi-même je ne sais si je les apprécierais autant si je les lisais à mon âge..
    au fur et à mesure que les romans étaient édités, je les lisais, mais à cette époque j’avais pas autant d »expérience dans la lecture, par rapport à maintenant. je suis forcément plus exigeante.
    Quoique, avec Chattam c’est particulier.. comme je suis fan, j’aime tout! 😀

    • Je n’en suis qu’au premier quart du roman (page 123) et je remarque déjà, outre l’histoire, que Chattam a un besoin de légitimité quand au réalisme des démarches policières et judiciaires dans son roman. Il oppose souvent ce qui se fait dans la fiction avec le vrai (dans son roman) On sent qu’il veut se démarquer par ses recherches préalables. Et pour autant, quand il s’agit d’action, il va chercher dans le cinéma avec ses effets grossissant, ralentis, ainsi que son rendu dramatique. Cela pourrait me déranger car il appuie souvent sur le « réalisme » des démarches.
      Pour le reste, c’est du thriller classique. On verra par la suite.

  2. À les lire maintenant avec tout le flot de livres dans le même genre, ces trois livres font vieillots, surtout dans les descriptions procédurales et scientifiques du métier de flic que l’on a maintenant bien en tête avec autant de livres que de films et séries sur le sujet.
    Mais il y a quelques années, je n’avais personnellement pas autant d’expérience dans le genre et j’avais beaucoup aimé In tenebris, mon préféré dans cette trilogie. Je n’avais pas cette impression de scénario hollywoodien, j’étais portée par l’enquête et la violence de celle-ci.

    • Il est certain que l’effet à sa sortie à du être différent. N’en demeure le fait que s’il passe mal les années, ce n’est pas ma faute. Je lis souvent des Lupins et ça n’a pas pris une ride.
      C’est aussi pour ça que je dis dans la chronique que je veux terminer cette trilogie pour tenter un Chattam plus récent et me faire un avis sur l’auteur.

    • Est-ce que çà veut dire que la trilogie n’est pas à votre avis rééditable ? 2003 c’est quand même pas si loin ..! 2003 j’étais déjà vieux (MDR). Il y eut tant d’eau que çà sous les ponts d’un genre que je ne connais après tout que peu..?

    • Il a l’air d’avoir été réédité en 2013, ça commence à faire. À la limite, s’il avait été un précurseur du genre, soit, j’aurais excusé ce côté daté. Le fait est que Cornwell faisait ça 10 ans plus tôt et beaucoup d’autre j’imagine.

N'ayez pas peur de commenter