HYPÉRION 1 DE DAN SIMMONS

Hyperion 1 de Dan Simmons par Livrepoche.fr

Ne pouvant m’empêcher de comparer ce qui n’est pas forcement comparable, j’ai en tête Wastburg de Cédric Ferrand pour illustrer un sentiment sur ce premier tome d’Hypérion. Ce qui me vient à l’esprit, c’est que Dan Simmons est parvenu en moins de 280 pages a exposé son univers d’une saisissante originalité avec une clarté évidente. Ce que Ferrand fait laborieusement pour une cité avec Wastburg, Simmons le fait magistralement pour un univers et sur une temporalité beaucoup plus large.

C’est la marque d’un auteur majeur qui réussit à peindre son roman par une succession de couches disparates qui se superposent et se laissent découvrir lorsqu’on prend un peu de recul.

Le résumé de l’éditeur de poche, iciQuand les sept pèlerins se posent à Hypérion, le port spatial offre un spectacle de fin du monde. Des millions de personnes s’entassent derrière les grilles : les habitants de la planète sont sûrs que le gritche va venir les prendre et ils veulent fuir. Mais l’hégémonie ne veut rien savoir. Une guerre s’annonce et les routes du ciel doivent être dégagées. Et tout ce que le gouvernement a trouvé, c’est d’envoyer les sept pèlerins. La présidente le leur dit d’emblée : « Il est essentiel que les secrets des Tombeaux du Temps soient percés. C’est notre dernière chance. » Mais les pèlerins n’y comprennent rien : c’est tout simple, ils ne se connaissent même pas entre eux !
Heureusement, le voyage leur permettra de se rapprocher. Chacun raconte son histoire, et l’on s’aperçoit vite que nul n’a été pris par hasard. Celui qui a fait la sélection, au fil des confidences, paraît bien avoir fait preuve d’une lucidité… diabolique. Et d’une cruauté… raffinée !

Il s’agit là, d’un avis sur le tome 1 du livre de poche (c’est l’inconvénient des livres de poche mais surtout de l’attitude de découpage abusif des éditeurs car Hypérion 1 aurait du être en un seul volume de 550 pages). Mais la lecture d’Hypérion 1 a été très positive et suffisamment attractive pour que j’enchaine directement la lecture du tome 2.

Au début, Hypérion 1 semble être assez brouillon dans sa structure mais ce sentiment disparaît bien vite et me laisse admiratif du dessin qu’il nous laisse dans la mémoire.

J’ai déjà mis dans ma liste d’achat futur tout le cycle d’Hypérion en livre de poche : La chute d’Hypérion 1 et 2; Endymion 1 et 2; L’éveil d’Endymion 1 et 2.

Livrepoche.fr, un livre, une poche…

N'ayez pas peur de commenter