HYPÉRION 2 DE DAN SIMMONS

Hypérion 2 de Dan Simmons par Livrepoche.fr

Et c’est à la fin de la lecture de ce deuxième volume de poche d’Hypérion de Dan Simmons que je me rends compte avec stupéfaction (un peu de déception également) que je n’ai pas dans les mains un roman se suffisant à lui-même mais plutôt une quadrilogie (Hypérion, La chute d’Hypérion, Endymion, L’éveil d’Endymion). Une oeuvre globale, donc et la subdivision des livres de poches est d’autant plus trompeuse.

Le résumé de l’éditeur de poche, iciSur Hypérion, le père Hoyt a trouvé son cruciforme. Il le porte imprimé dans sa chair à tout jamais.
Sur Hypérion, le colonel Kassad a rencontré la belle Moneta, hérissée de piquants. Il a vu les Extros empalés, la guerre universelle, la mort de tous les mondes. Il a un compte à régler avec le gritche.
Sur Hypérion, le poète Silenus fut l’un des compagnons du roi Billy le Triste. Il a chanté pour lui l’amer triomphe d’un dieu usurpateur. « Mets du bois dans l’âtre, maman, le gritche vient nous voir ce soir. » Le sujet du poème, c’est la fin de l’humanité. Il faudra l’écrire jusqu’au bout.
Cependant les anciens d’Hypérion sont de retour, ils arrivent à la mer des Hautes Herbes, ils atteindront bientôt les Tombeaux du Temps qui, dit-on, dérivent de l’avenir vers le passé. Comment le croire ? Mais les Tombeaux vont s’ouvrir et le mystère se dissipera. Oyez, bonnnes gens, la mort a quelque chose à vous dire !

La surprise de ne pas en savoir plus après avoir refermé cet Hypérion 2, je la compense dans l’attente que provoque l’oeuvre dans sa globalité. Comment Dan Simmons peut-il développer et fermer toutes les portes narratives ouvertes, refermer son histoire avec brio, sans nous laisser cette impression de ne pas avoir maitriser son oeuvre ?

Comme c’est sur les conseils de mon libraire que je me suis lancé dans cette lecture et que nous partageons une admiration pour Palahniuk, je vais lui faire confiance. Mais déjà, je peux dire que cette grande introduction qu’est Hypérion 1 et Hypérion 2 est plutôt originale par l’univers qui est exploré et surtout très bien exposé car on est vite plongé dans les différentes strates de cet oeuvre dont on visualise bien les tableaux malgré un large champ temporel et de multiples lieux d’action.

Pas facile au demeurant de lier cet ensemble de longues nouvelles assez disparates et de garder le liant, le fil conducteur. Dan Simmons réussit avec cette bonne idée de faire raconter à chacun des pèlerins son histoire avant d’en arriver jusque là, jusqu’au Gritche.

J’attends la lecture de la suite avec impatiente et bien heureux de ne pas me retrouver dans la situation actuelle avec Le Trône de fer où je suis bloqué à ce tome 13 en livre de poche et refusant de prendre les gros volumes.

Livrepoche.fr, un livre, une poche…

N'ayez pas peur de commenter