DANS LA NUIT MOZAMBIQUE DE LAURENT GAUDÉ

Dans la nuit Mozambique de Laurent Gaudé…

Le résumé de l’éditeur de poche, iciC’est par la traque puis la vengeance d’un fugitif que débute ce recueil de récits, et c’est dans l’énigme d’un meurtre inexpliqué qu’il se referme. Comme si une part de la vérité du monde – la plus inhumaine, celle qui stigmatise l’histoire intime ou collective – devait à jamais défier notre raison. De toutes époques et de tous lieux, les personnages de ce livre ont cette expérience en partage, qu’ils assument dans la proximité de la mort. Désespérés ou lucides, ils revisitent leurs illusions, admettent leurs fautes ou retiennent un instant encore les ultimes bonheurs de l’existence.
Animé d’une empathie et d’une oralité puissantes, ce volume composé entre 2000 et 2007, marqué par les thèmes de Cris, de La Mort du roi Tsongor, du Soleil des Scorta ou d’Eldorado, a grandi dans les interstices d’une oeuvre romanesque désormais traduite et lue dans le monde entier.

Recueil de nouvelles, Dans la nuit Mozambique est une invitation de Laurent Gaudé à se plonger dans une sorte d’exotisme un brin nostalgique. Véritable raconteur d’histoires, Laurent Gaudé dresse en 4 longues nouvelles un univers âpre et rude mais dont l’humain est au coeur de l’histoire. Le style de Laurent Gaudé exacerbe la finesse des sentiments et l’humanité des personnages.

Si les 4 nouvelles sont inégales, elles le sont dans l’intérêt que chaque lecteur va porter au sujet. Ce serait une histoire de goûts car je les trouve égales en profondeur, aussi richement travaillées les unes que les autres et un niveau égal d’intensité.

Je ne vais pas faire le détail des 4 nouvelles que contient Dans la nuit Mozambique mais après la lecture de La mort du roi Tsongor précédemment, je trouve (je devine) à Laurent Gaudé un éclectisme de thématiques qui pousse ma curiosité à lire encore plus de livres de cet auteur.

Sensible à la prose de Laurent Gaudé, j’ai encore trop peu de lectures pour être un enthousiaste inconditionnel mais je ne peux que recommander aux lecteurs qui ne le connaissent pas d’avoir la curiosité de le découvrir et ceux qui le connaissent de me dire quels sont leurs oeuvres préférées.

Je lirais probablement très rapidement Le soleil des Scorta qui est dans ma PAL avec la légère crainte d’être déçu d’une oeuvre aux critiques unanimes et récompensée.

Wait and see…


Livrepoche.fr, un livre, une poche…

3 Comments
  1. Ben voilà, je suis une fan inconditionnelle de cet auteur à la plume riche. Ce qui fait sa spécificité est la multiplicité des voix qui se font entendre dans ses récits, les références mythologiques, la guerre et la famille ou plutôt les liens de façon générale. Cela crée un envoûtement que l’on ne retrouve pas forcément dans les nouvelles. C’est aussi quelqu’un qui abhorre l’injustice et le clame comme dans Eldorado ou Ouragan.Le plus puissant de ses romans est à mon sens CRIS, le plus noir et que j’ai pourtant adoré La Porte des enfers et puis la fresque familiale des Scorta que tu t’apprêtes à lire est juste fabuleuse ! Suis pas lucide, je sais 😉

    • Vu ce que tu dis Nath, je vais ajouter CRIS à ma Wishlist!
      Dans les nouvelles, l’envoûtement dont tu parles est moindre mais pas absent! Je vais essayer de me souvenir de tes éclairages concernant les spécificités de Laurent Gaudé lorsque je lirais Le soleil des Scorta! Merci! 😉

N'ayez pas peur de commenter