Sous l’aile noire des rapaces de Pierre Siniac

Sous l’aile noire des rapaces (1995) de Pierre Siniac…

Le résumé de l’éditeur : Juin 1940. Les Allemands avancent sur Paris. Les ministères ont quitté la capitale et la Banque de France a évacué ses réserves d’or. Mais, par une erreur de libellé sur un bordereau, deux tonnes d’or sont restées dans une chambre forte de Saint-Ouen. Il faut trouver un fourgon blindé et les évacuer en toute hâte. Deux tonnes d’or en balade sur les routes bloquées par l’exode des populations, bombardées et mitraillées par l’aviation ennemie, c’est le coup rêvé pour une bande d’aventuriers qui veulent profiter de la débâcle pour prendre un nouveau départ, quitte à mener leur propre guerre à côté de l’officielle. Mais la mort n’oublie personne…

Chaudement recommandé par un copinaute qui n’a que peu d’égal en matière de culture concernant la littérature dite de « mauvais genre », je parle d’Alvin du blog La convergence des parallèles qui ne tarit pas d’éloges sur Pierre Siniac. J’ai Sous l’aile noire des rapaces en PàL, je me lance avec ce qu’il faut de curiosité pour découvrir cet auteur français.

Sous l’aile noire des rapaces et plus un polar noir qu’un roman de Guerre alors que le background, voir même l’articulation de l’intrigue, est précisément la fuite des foules et des capitaux devant l’invasion nazis de la France. Et cette histoire, c’est un casse en forme de road movie, un casse très ambitieux qui tourne au fiasco tragi-comique. Et j’ai l’impression que tout l’art de Pierre Siniac se situe là, le comique tragique ou l’inverse.

J’ai d’abord adhérer à ce roman, suivi les rebondissements que proposait l’auteur, puis, il y a eu une forme d’ennui dû à la répétition et à l’étirement des scènes. Le lecteur que je suis était toujours dans l’attente de la scène tant évoquée. Pourtant, cet étirement comme autant de rebondissements sont le sel de Sous l’aile noire des rapaces. Le comique aussi.

Pierre Siniac nous immerge parfaitement dans cette fuite face à l’ogre allemand et j’ai été pris entre les différentes tensions inhérentes à la présence toute proche de l’ennemi conquérant et celles liées à l’attaque du fourgon rempli d’or. Je tenterai à nouveau cet auteur.


Livrepoche.fr, un livre, une poche…

2 comments to “Sous l’aile noire des rapaces de Pierre Siniac”
  1. Je suis content de ce que, semble t’il, ce roman t’ai plu. Je ne l’ai pas lu ce qui relativise mes connaissances de « mauvais genres » (surtout SF, bien que je n’en lise plus que peu).
    « Femmes blafardes », sans doute le meilleur roman de Siniac, suit, lui aussi, ce trajet tragico-comique.

N'ayez pas peur de commenter