Ru de Camille Leboulanger

Ru (2021) de Camille Leboulanger…

Le résumé de l’éditeur: Le ciel est rouge chair pour le peuple de Ru.
« Ru ? Pourquoi Ru ? Il n’y a pas assez de salles de concerts à l’air libre, peut-être ? »
Les rues sont rouge sang à la fin des manifestations contre la préfecture.
« Tu n’as jamais eu envie de savoir ce que cela fait de chanter à l’intérieur d’un être vivant ? »
Dans les entrailles de Ru, la grogne embrasse Regard Rouge.

Étrange roman que ce RU de Camille Leboulanger. Un éditeur que je ne lis pas assez souvent et une couverture alléchante m’a motivé pour attraper ce roman parmi les autres. Le résumé laisse présumer une oeuvre originale d’où la possibilité d’interprétation ou d’une thématique cachée rendrait le roman très intéressant. La cerise sur le gâteau est l’avis favorable de My et RU passe en priorité dans mes lectures.

Dans le cas de RU, on peut parler de livre-monde tant ce roman de fantasy nous plonge dans un univers unique. À travers des personnages symptomatique, on visite, zone après zone cet univers pensé par Camille Leboulanger. Un monde dans le monde. Rien qu’avec la terminologie, la lecture devient organique, viscérale. Pourtant, il me semble que la thématique de fond est très sociale. La critique en filigranes est quelque peu évidente et n’est pas intégré à une trame romanesque impeccable. Sur ce point, Camille Leboulanger n’a pas su me transporter dans une histoire globale. Il appuie très fort sur l’univers qu’il a crée, au détriment, à mon goût, d’une tension plus liée à des personnages. D’autant que RU est long.

Voila donc. L’immersion est totale mais un sentiment d’ennui latent est demeuré jusqu’à la fin. Partagez-vous mon avis ou non ?




Livrepoche.fr Un livre dans une poche. C