Le postier de Charles Bukowski

Le résumé de l’éditeur: Premier roman de Charles Bukowski, qui lui apporta la gloire à sa publication, en 1971, Le Postier, inspiré de sa propre expérience, est la meilleure porte d’entrée dans le monde de cet auteur légendaire, grand poète et «vieux dégueulasse».

Ce récit autobiographique, premier parmi les créations uniques de Charles Bukowski nous fait revivre les tentatives de ce personnage d’entrer dans la normalité. C’est pas le biais d’un emploi stable au sein de la tentaculaire Poste américaine qu’il essaye. Le postier, c’est le manuel des codes et coutumes de cette entreprise.

En un sens, c’est documentaire. Dans le style déjà très caractéristique de Charles Bukowski, on contemple l’inertie de cette entreprise, impitoyable, rigide, abusive. Tout devient drôle par la confrontation avec l’alcoolisme de Charles Bukowski, son nihilisme, son irrévérence, son intelligence et sa finesse (bien cachée)

Pour eux qui ne le connaisse pas trop, il est un homme bien différent du personnage auteur qu’il s’est crée, Henry Chinaski. Sous des allures de macho, il est galant et respectueux. Sous des attitudes de fainéants alcoolique, c’est un poète travailleur. Et dans Le postier, c’est plus flagrant que dans d’autres de ses romans où la part autobiographique est plus ténue.

Ce texte est très plaisant à lire et ce, par bien des aspects. Le premier étant que la vie de Charles Bukowski est rendu extraordinaire par le regard qu’il porte dessus et le courage qu’il a à tenir quand il s’agit de sa liberté ou de son caractère. En quelque sorte, il est parmi les hommes les plus intègres.


Livrepoche.fr, un livre, une poche…

N'ayez pas peur de commenter