La patrie des frères Werner

La patrie des frères Werner (2020) de Philippe Collin (scénario) et Sébastien Goethals (dessins)…

Le résumé de l’éditeur: Mai 1945. Dans les ruines de Berlin, deux orphelins juifs assistent apeurés à la victoire soviétique. Réfugiés à Leipzig, Konrad et Andreas Werner deviennent citoyens est-allemands. C’est la marche de l’histoire.
Juin 1956. Les deux frères ont rejoint les rangs de la Stasi pour échapper au camp de rééducation. Ils seront les fils de l’Est.
Juin 1974. Lors de la 10e coupe du monde de football, un match historique va opposer la RFA et la RDA.
C’est le match de la guerre froide. Le retentissement est mondial. Pour faire gagner la RDA, Erich Honecker décide d’impliquer les meilleurs agents de la Stasi. Il faut prouver la supériorité du régime socialiste sur le monde capitaliste. Konrad Werner est infiltré depuis des mois dans l’équipe de la RFA. Andreas Werner fait partie de la délégation de RDA. Voilà douze ans qu’ils ne se sont pas vus.
Le choc des deux blocs va ébranler leurs convictions.

BD historique, à la limite documentaire, La Patrie des Frères Werner se situe en fin  de Seconde Guerre Mondiale et va jusqu’à un match de foot hautement symbolique entre la RDA et la RFA.

Pas fana d’histoire, j’ai quand même bien aimé lire et feuilleté La Patrie des Frères Werner. Petite histoire et Grande Histoire se mêlent mais je cherche l’intérêt romanesque dans la crédibilité documentaire. Ce qui freine mon enthousiasme au niveau du scénario de Philippe Colin, ce sont les ellipses, les coupes qui nous font faire des bonds dans le temps. La BD couvre plus de 30 ans et cela perd en impact émotionnel, en liant.

Les dessins de Sébastien Goethals, tout en sépia, sont à l’image de la couverture. Expressif, fort, j’en ai apprécié les contrastes sans bien comprendre les variantes de teintes sinon pour différencier les scènes.

C’est donc une BD intéressante, d’autant plus si vous aimez l’histoire. J’en ferais pas un coup de coeur mais La Patrie des Frères Werner a le mérite d’exister pour nous rappeler quelques faits historiques autrement qu’avec de pompeux essais.


Livrepoche.fr, un livre, une poche…

2 comments to “La patrie des frères Werner”

N'ayez pas peur de commenter