Bluebells Wood de Guillaume Sorel

Bluebells Wood (2018) de Guillaume Sorel (scénario et dessin)…

Le résumé de l’éditeur: Depuis la disparition de sa femme, William vit reclus dans sa maison située entre une côte brumeuse et une forêt aux allures de conte de fées. Incapable de se reconstruire, il mène une existence solitaire et sans saveur, ne parvenant à se réfugier que dans la peinture. Ses seules visites de l’extérieur sont Victor, son ami et agent, et Rosalie, sa jeune modèle. Jusqu’au jour où William fait la rencontre d’une créature aussi belle que farouche et pour laquelle il nourrit des sentiments contradictoires : une sirène. Mais est-elle seulement réelle ? Ou ne s’agit-il que d’une illusion venue pour remplacer le fantôme de sa femme disparue?

Ce qui me fait choisir une BD plutôt qu’une autre, cela va surtout être le style du dessin. Je ne connaissais pas Guillaume Sorel mais lorsque j’ai vu quelques planches de Bluebells Wood, je me suis dit que c’était pour moi.

Et en effet, les planches sont superbes. Totalement incapable de décrire techniquement ce qu’il en est, j’ai été absorbé par le foisonnement des dessins, leur puissance, leur tonalité torturée. Une sensualité malsaine se dégage de cette histoire de muse et de sirènes . L’atmosphère fantastique plane de Bluebells Wood et nous aussi. Guillaume Sorel interroge  les fascinations et les obsessions de l’artiste et si le thème est un peu flou (on cherche les métaphores et les orientations de pensées), on est embarqué dans ce cauchemar au côté du personnage psychologiquement torturé.

Le scénario de Guillaume Sorel est bien trouvé car il nous mène vers une fin inattendue et dire ça ne gâchera pas la lecture de Bluebells Wood. Du coup, j’ai bien envie de lire d’autres BD de cet auteur.


Livrepoche.fr, un livre, une poche…

N'ayez pas peur de commenter