Une bête au Paradis de Cécile Coulon

Une bête au Paradis (2019) de Cécile Coulon, Prix littéraire du Monde 2019…

Le résumé de l’éditeur: La vie d’Émilienne, c’est le Paradis. Cette ferme isolée, au bout d’un chemin sinueux. C’est là qu’elle élève seule, avec pour uniques ressources son courage et sa terre, ses deux petits-enfants, Blanche et Gabriel. Les saisons se suivent, ils grandissent. Jusqu’à ce que l’adolescence arrive et, avec elle, le premier amour de Blanche, celui qui dévaste tout sur son passage. Il s’appelle Alexandre. Leur couple se forge. Mais la passion que Blanche voue au Paradis la domine tout entière, quand Alexandre, dévoré par son ambition, veut partir en ville, réussir. Alors leurs mondes se déchirent. Et vient la vengeance.

Je rattrape à mon allure les romans succès des années passées. Là, c’est Une bête au Paradis de Cécile Coulon. Un roman de terroir, simple, âpre, rural.

Et j’ai aimé. J’ai aimé ces personnages, convenus mais bien campés. Pas de chichis au Paradis. Ça pue les entrailles et la fange. Et le style de Cécile Coulon s’accorde à cette rudesse. On est plongé dans la vie de la ferme et dans son quotidien immuable fait de travaux et de taches inévitable. Et au milieu de ça, les destins se forgent.

On y suit l’histoire d’une gamine orpheline, qui se voit obliger de vivre avec sa grand-mère. Une bête au Paradis, malgré sa petite taille, raconte beaucoup de chose. des amours contrariés, qui pourrissent, des envies d’ailleurs et des envies de rester. La solitude ou le compromis. La faiblesse ou la force. La haine ou l’amour. Une bête au Paradis se pare de simplicité pour aller direct au coeur, et au corps aussi tant cette lecture est viscérale.

Cécile Coulon nous réserve (on le sait depuis le début) une chute dramatique et on ne peut s’empêcher de tenter de deviner qui ou quoi. Perso, j’ai pas trouvé.

Une bête au Paradis est un roman bien mené de bout en bout qui ne demande qu’à être confirmer par la lecture d’une autre roman de cet autrice, Cécile Coulon.


Livrepoche.fr, un livre, une poche…

2 comments to “Une bête au Paradis de Cécile Coulon”

N'ayez pas peur de commenter