Mamie Luger de Benoit Philippon

Mamie Luger (2018) de Benoit Philippon…

Le résumé de l’éditeur: Six heures du matin : Berthe, cent deux ans, canarde l’escouade de flics qui a pris d’assaut sa chaumière auvergnate.
Huit heures : l’inspecteur Ventura entame la garde à vue la plus ahurissante de sa carrière. La grand-mère au Luger vide son sac, et le récit de sa vie est un feu d’artifice. Il y est question de meurtriers en cavale, de veuve noire et de nazi enterré dans sa cave. Alors… Aveux, confession ou règlement de comptes ? Ventura ne sait pas à quel jeu de dupes joue la vieille édentée, mais il sent qu’il va falloir creuser. Et pas qu’un peu.

Je ne sais pas ce que j’ai en ce moment, mais je cherche de l’humour dans mes lectures noires. Ça a commencé avec La Daronne et maintenant, c’est Mamie Luger de Benoit Philippon. Pour le coup, c’est une mamie Berthe de 102 ans, à la gouaille d’un charretier et au caractère bien trempé qui a su me séduire.

Benoit Philippon a brodé un personnage dans lequel il se lâche sans retenue. Une franchise désarmante, une histoire dure mais attendrissante, voila les ingrédients qui font de Mamie Luger, une réussite. Le roman repose sur un rythme qui alterne entre la grade à vue très incarnée et des retours sur le passé mouvementé de la centenaire.

Dès le début, on est ferré et la verve de la vieille n’y est pas pour rien. Un régal à lire. Il y a peut-être une ou deux redondances dans les situations qui ajoutent à l’extrême de la situation de Mamie Luger mais ça passe bien.

Un bon roman donc avec une intrigue juste ce qu’il faut pour que l’ensemble soit fluide, cohérent et hautement addictif. En lisant d’autres chroniques, je lis que Berthe est un personnage croisé dans un autre roman de Benoit Philippon et j’avoue que l’idée de retrouver ce personnage, même sur un paragraphe, est très tentant. Je me rappelle plus le titre de l’autre roman. Si vous avez une idée.


Livrepoche.fr, un livre, une poche…

N'ayez pas peur de commenter