La Daronne d’Hannelore Cayre

La Daronne (2017) d’Hannelore Cayre, Prix du polar européen 2017, Grand Prix de littérature policière 2017, Prix des Lecteurs 2017 – Festival du Polar Villeneuve-lès-Avignon…

Le résumé de l’éditeur: Patience Portefeux, 53 ans, deux filles, un chien, un fiancé flic et une vieille mère en EHPAD. Patience trime. Patience est traductrice de l’arabe pour le ministère de la Justice. Des milliers d’heures à transcrire des écoutes entre petits dealers et grands bandits. Puis Patience franchit la ligne jaune : elle détourne une montagne de cannabis issue d’un Go Fast. Sans culpabilité ni effroi. Simplement une petite entorse morale. Et encore. Et Patience devient la Daronne.

Difficile de passer à côté de La daronne, court roman noir et drôle. Mais je l’ai pas trouvé aussi drôle que je m’y attendais car si la situation que nous propose Hannelore Cayre est décalé et prête à sourire, les situations ne sont pas spécialement marrantes ou loufoques. Tout le roman tient à la crédibilité du personnage titre et son regard mature et cultivé sur ces malfrats dont elle veut tirer profits.

À y regarder de près, bien sûr, tout ce qui se passe dans La daronne est exagéré, voir carrément improbable mais ça passe car Hannelore Cayre distille son savoir judiciaire pour assoir son histoire. Et là, ça donne pas trop envie de rire.

L’histoire m’a bien diverti et c’est le minimum à demander. J’ai bien aimé les personnages, marginaux, sauvages ou touchants qui jalonnent les péripéties de La daronne et apporte une teinte un peu « freaks », à la marge que j’aime particulièrement. Ce n’est pas le polar du siècle mais une sympathique aventure qui pait sûrement de son succès populaire pour les nouveaux lecteurs qui vont avoir des attentes supplémentaires.

Quel lecteur avez-vous été de La daronne, parmi les premiers, ou retardataire comme moi?


Livrepoche.fr, un livre, une poche…

N'ayez pas peur de commenter