L’HERBE DES NUITS DE PATRICK MODIANO

L'Herbe des nuits de Patrick Modiano par Livrepoche.fr

L’Herbe des nuits de Patrick Modiano…

Alors forcement, un prix Nobel de littérature, ça épate. En tout cas, c’est l’idée que je m’en faisais. Et c’est avec une légère attente que je commence L’Herbe des nuits de Patrick Modiano, un roman édité en 2012. Mais était-ce un bon choix pour entrer dans l’oeuvre de Modiano ?

Le résumé de l’éditeur de poche, ici« »Qu’est-ce que tu dirais si j’avais tué quelqu’un? » 
J’ai cru qu’elle plaisantait ou qu’elle m’avait posé cette question à cause des romans policiers qu’elle avait l’habitude de lire. C’était d’ailleurs sa seule lecture. Peut-être que dans l’un de ces romans une femme posait la même question à son fiancé. 
« Ce que je dirais? Rien. »»

Les avis très personnels que je donne sur ce blog sont ceux de livres, de romans comme objet fini, c’est à dire tout ce qui se situe entre la couverture et la quatrième de couverture. Après tout, cet objet (le livre) est vendu indépendamment des autres livres d’une série, d’une saga et ne confère aucune obligation aux lecteurs d’acquérir les autres. Il doit donc être le plus cohérent, le plus beau, le plus intéressant possible quand bien même l’auteur dilue son histoire sur plusieurs tome.

Ainsi, L’Herbe des nuits (c’est une hypothèse) peut avoir une très grande valeur dans l’ensemble de l’oeuvre de Patrick Modiano, je ne pourrais l’estimer qu’à l’aulne des sentiments que le livre a éveillé. Et c’est, je pense, une bonne chose sur ce genre de roman car il n’est pas impossible que les oeuvres précédentes de Patrick Modiano n’influencent la lecture de celle-ci. Déjà que chaque lecteur lit avec le filtre inconscient de tout ce qu’il a déjà lu, de tout son vécu, ajouté encore le poids de 30 romans précédent et votre lecture prend une autre tournure.

Alléger de tout ceci (à part mes lectures précédentes), je me plonge dans ce petit roman intime (169 pages), voir ce journal intime et une petite mise en abîme d’un carnet qui ressemble à un journal intime de fragments à déchiffrer. C’est peu clair ? c’est normal !

Sans grande prétention, ou perçu comme tel, j’ai lu L’Herbe des nuits à la manière dont le héros du livre traverse le Paris de ses souvenirs, c’est à dire avec un certain détachement, beaucoup de distance et au final sans grande intensité.

Et c’est peut-être cela qui me manquait, car si le style de Patrick Modiano ne se démarque pas de façon évidente, j’attendais que l’histoire, la narration, les personnages ou quoi que ce soit d’autre est une sorte de singularité. Hélas, je ne l’ai pas vu et je n’ai pas trouvé un grand intérêt à cette lecture sinon, une mélancolique rêverie autour du temps qui passe et des souvenirs qui restent.

Cet avis sur L’Herbe des nuits n’est en rien un jugement sur Patrick Modiano, le prix Nobel de Littérature 2014 dont je lirais au moins la plupart de ses autres romans ayant eu une distinction afin de me faire un avis. Mais il y a de très grandes chances que j’oublie L’Herbe des nuits a moins de trouver dans ses autres romans une résonance à celle-là !

Livrepoche.fr, un livre, une poche…

2 Comments
  1. Pingback: De si braves garçons de Patrick Modiano / Livrepoche.fr

  2. Pingback: Une jeunesse de Patrick Modiano / Livrepoche.fr

N'ayez pas peur de commenter