L’ÉVEIL D’ENDYMION 2 DE DAN SIMMONS

L'éveil d'Endymion 2 de Dan Simmons par Livrepoche.fr

L’éveil d’Endymion 2 est le pont final de cette incroyable aventure ! Il termine Le Cycle d’Hypérion de Dan Simmons et de quelle manière. Cet objet de littérature est une très belle oeuvre de SF dont la fin, sans être mauvaise (et loin de là) se révèle être un peu trop prévisible. Et de ce fait, les 100 dernières pages, sont une sorte d’état des lieux d’après révolution et une lente et progressive descente émotionnelle, aboutissant à une ultime chute démasquée plus tôt.

Le résumé de l’éditeur de poche : C’est une partie qui se joue à six : la pax, le mercantilus, le technocentre caché, les extros par-delà le grand mur, enée et le joueur mystérieux qui la manipule.
Secrètement, il n’y a sans doute que deux camps, mais comment deviner leurs buts de guerre dans ce conflit engagé depuis mille ans peut-être ? martin silenus ne savait qu’une petite partie de la vérité sur cette prolifération de rouages à l’intérieur des rouages ; sorti un instant d’une fugue cryogénique, il se rendort en rêvant à la suite de ses  » cantos « , toujours inachevés. quant à enée et à endymion, ils échappent au temps en faisant l’amour pour la première fois, puis se replongent dans le grand drame cosmique.
L’enseignement d’enée sur le vide qui lie lui vaut des millions de disciples. mais la pax a encore des cartes à jouer.

Et c’est à peu près la seule réserve que je peux apporter à cette oeuvre. Que reste-t-il après la dernière page tournée ? Il reste un voyage hallucinant de richesse et de créativité. Dan Simmons a ciselé un bijou d’originalité. Pour moi, modeste lecteur de Sf, Dan Simmons est parvenu à rendre sa fantasmagorie la plus plausible qui soit. Toutes les anticipations abordées sont réfléchies et finement justifiées. En plus d’être très inventive.

Toutes les portes ouvertes dans Le Cycle d’Hypérion ne sont pas fermées (ou correctement fermées) et laisse une légère frustrations, des questions sans réponses plus précises. Et pour moi, l’auteur n’a pas bouclé totalement son projet. Mais il s’agit là de détails de second plan !

L’ensemble du cycle est tellement extraordinaire qu’il faut le lire pour savoir ou placer  le curseur par rapport aux autres oeuvres ! C’est une oeuvre « référence » avec une si grande diversité de plans de lecture qu’il sera difficilement égalable. Il faut le lire car, à mon goût, il surpasse, et de loin, certaines oeuvres considérées comme des classiques de la Sf. Mais je ne citerais pas de noms !

Livrepoche.fr, un livre, une poche…

N'ayez pas peur de commenter