LE TOMBEAU D’ÉTOILES DE MAXENCE FERMINE

Le Tombeau d'étoiles de Maxence Fermine par Livrepoche.fr

Le Tombeau d’étoiles de Maxence Fermine…

Le résumé de l’éditeur de poche, ici:

J’étais jeune alors, sans dégoût de l’existence, tel un soldat à l’aube d’une bataille et qui traverse d’un cœur léger une lande de terre sans savoir qu’elle sera bientôt entachée de sang et qu’elle deviendra son tombeau. J’allais sans crainte vers mon avenir ; enivré de ce philtre sournois qu’est l’espoir ; croyant encore tenir dans ma main la clef de l’Eden alors que c’était celle des enfers.

M. F.

Au soir de sa vie, un homme retrace le long chemin qu’il a parcouru et les événements, parfois tragiques, qui en ont déterminé le cours. Inspiré de faits réels, sensible, envoûtant, ce roman de Maxence Fermine redonne corps à la période trouble de l’Occupation au fil d’une superbe histoire de vengeance et d’amour dans les paysages grandioses de la Savoie.

Maxence Fermine est un auteur que j’apprécie énormément. L’Apiculteur étant un de mes livres favoris. Son style ne s’encombre pas de surplus. Il va toujours à l’essentiel. Plutôt que se demander ce qu’il doit ajouter à son texte, il se demande ce qu’il doit enlever, ce qu’il doit couper. Il parvient ainsi à une sorte d’essence de son sujet, le plus épuré mais le plus juste.

Dans Le Tombeau d’étoiles, un petit roman de 217 pages, il y a toute la vie d’un homme et plus encore. Il y a même la vie d’un village avec ses secrets, ses périodes troubles sous l’occupation allemande. Il y a la vie d’un homme et tout le récit est au plus juste, sans forfanterie, sans exagération stylistique, sans chichi romanesque.

Et malgré cet épuration, ce dégraissage du texte, l’univers poétique de Maxence Fermine est présent dans Le Tombeau d’étoiles, par petites touches, tragiques et grandioses. C’est beau. Tragiquement beau même dans l’horreur. Romantique (au sens XVIIIe siècle du terme).

Si Le Tombeau d’étoiles parle de l’ensemble de la vie du protagoniste, il n’es reste pas moins que le coeur de l’histoire et le point d’orgue de sa dramaturgie se déroule durant la seconde guerre mondiale. Mais ce roman n’est pas à mon sens un roman sur la guerre. Je ne l’ai pas senti comme tel. L’histoire aurait pu garder le même intérêt dramatique, le même degré d’intensité dans un autre contexte historique.

Le Tombeau d’étoiles est inspiré de faits réels. Il s’agit de la guerre. Et en ajoutant la poétique de Maxence Fermine, je trouve que ce roman est une belle histoire de littérature magnifiée par la plume de l’auteur.

Livrepoche.fr, un livre, une poche…

2 Comments
  1. Un livre, une poche, un navet… Par ce nouveau producteur de plantes littéraires potagères qu’est Maxence Fermine, thuriféraire de ces autres spécialistes de la chose maraichère que sont Paulo Coelho et Christian Bobin.

    • Je comprends ce que tu veux dire Paul même si c’est le genre de propos que je tiens plutôt pour Marc Levy ou Anna Gavalda qui sont le comble du vide! Au moins, avec Maxence Fermine, il y a un certain exotisme. je n’ai pas lu Coelho depuis une bonne dizaine d’années et mon souvenir n’est pas extraordinaire. Quand à Bobin, je ne connais pas!
      Aurais-tu un auteur à recommander, Paul, je suis curieux!

N'ayez pas peur de commenter