Face aux masses d’Ilan Duran Cohen

Face aux masses (2008) d’Ilan Duran Cohen…

Le résumé de l’éditeur: Enfant du Flower Power, le jeune Jonquille quitte le totalitarisme libertaire d’une communauté en voie de péremption pour, en stagiaire impavide, se plonger dans la cellule familiale d’une agence de communication tenue par un curieux couple frère/sœur. Et tandis qu’il apprend le langage et les codes de cette société régie par les ésotérismes de son siècle – marketing & intégrisme –, s’étendent, galopantes et tentaculaires, l’influence et la séduction d’une mystérieuse secte suicidaire.
Ultramoderne Petit Prince de la planète Capitalisme, Jonquille se retrouve progressivement le garant et l’enjeu de conflits universels, où sont cristallisés les dérives, les vertiges et le désarroi du monde, désespérément “tendances”, perpétuellement neufs et perpétuellement obsolètes.

Cela faisait quelques temps que je souhaitas découvrir Ilan Duran Cohen et c’est avec Face aux masses que cela commence. Je ne sais pas pour quelle raison, j’ai l’impression que l’univers de cet auteur peut me plaire.

Quand on lit le résumé (je lis de plus en plus souvent les résumés mais surtout, ceux des auteurs que je ne connais pas), ce roman à l’air suffisamment atypique pour satisfaire mon désir d’originalité. Et c’est le cas.

J’ai bien aimé l’univers de Face aux masses, l’univers d’une boite de communication, un univers qui m’a fait penser à 99 francs de Frédérick Begbeider et un style aussi qui est, par moment, dans la même veine. Les petites phrases qui attaquent notre mode de vie et le poussent à l’absurde vont pile dans le sens qui me plaît. Si j’ai bien aimé le ton, les personnages, je n’ai pas bien compris dans quel monde se situe l’action. La scène d’intro donne le ton, et en filigrane du roman, quelques assertions rappellent ce monde décalé. Mais pourquoi? Comme c’est assez flou, je ne comprends pas son utilité. Une idée non développée qui pollue un peu la clarté du propos général.

j’ai plutôt aimé Face aux masses et cela me donne envie d’en lire plus d’Ilan Duran Cohen, surtout si ses autres romans sont sur le même ton. Un conseil peut-être?


Livrepoche.fr, un livre, une poche…

N'ayez pas peur de commenter