Argent brûlé de Ricardo Piglia

Argent brûlé (1997) de Ricardo Piglia, traduit par François-Michel Durazzo, Prix Planeta Argentine 1997…

Le résumé de l’éditeur: Buenos Aires, mercredi 27 septembre 1965, 15 h 11. Une voiture lancée à toute allure bloque un convoi de fonds. Beretta au poing, Bébé Brignone et le Gaucho Dorda mitraillent le fourgon, s’emparent du magot et laissent trois flics à terre. La cavale commence, de planque en planque… jusque dans la souricière tendue à Montevideo par l’inspecteur Silva. Assiégée mais décidée à résister jusqu’au bout, l’improbable bande de forcenés défie en une nuit tous les jeux de pouvoir – et ses propres démons.

Je me suis lancé dans Argent brûlé avec la curiosité de lire un roman de braquage en version sud-américaine. L’auteur Ricardo Piglia est argentin. Cela suffisait à me convaincre.

Avec une méconnaissance totale de l’Histoire argentine, j’ai lu Argent brûlé comme un roman. Et je me perdais dans la multitude des points de vue, des divers témoignages. Des fils narratifs qui se coupent et ne reviennent plus. Peu de temps pour créer de l’empathie ou savoir dans quel « moment » on se trouve. Hors Ricardo Piglia s’est attelé, avant tout, à faire un travail journalistique.

Argent brûlé est le récit d’un casse audacieux en Uruguay par des truands politisés à tendance « péronistes » (je vous laisse creuser). Ce texte a les qualités de ses défauts. Si les fils narratifs sont cassés, c’est que nous ignorons ce qu’il est advenu de certains personnages. Raconter ce qui leur est arrivé est du romanesque.

Peu à peu, le roman se resserre sur une scène finale extraordinaire, et je pèse mes mots. Je n’ai pas spécialement aimé les personnages, peu mérite une quelconque empathie. Ils sont violents, indignes de confiance, etc. mais… Mais Argent brûlé cachait bien son jeu car en refermant ce roman, j’étais encore bouleverser par ce que je venais de lire. Ricardo Piglia est parvenu à effacer tous les défauts de ce roman et en faire une oeuvre majeure. Et, finalement, j’ai beaucoup aimé.


Livrepoche.fr, un livre, une poche…

N'ayez pas peur de commenter