CETTE HISTOIRE-LÀ D’ALESSANDRO BARICCO

Cette histoire-là d'Alessandro Baricco par Livrepoche.fr

Cette histoire-là d’Alessandro Baricco…

Le résumé de l’éditeur de poche, iciUltimo Parri est un jeune homme qui vieillit en s’efforçant de remettre de l’ordre dans le monde. Il a cinq ans lorsqu’il voit sa première automobile, l’année de la course mythique Versailles-Madrid de 1903, dix-neuf le jour de la grande défaite de Caporetto en 1917, vingt-cinq lorsqu’il rencontre la femme de sa vie, et beaucoup plus le soir où il meurt, loin de sa campagne piémontaise natale.
Cette histoire-là est son histoire, qui nous emporte dans une course effrénée à travers le vingtième siècle, à laquelle l’écriture brillante et habile d’Alessandro Baricco confère une formidable vivacité, pour en faire une de ses plus belles réussites.

Ce roman là, pour une raison que je ne m’explique pas, je l’ai laissé trainer dans ma PàL pendant des années. Et pourtant, j’aime beaucoup Alessandro Baricco. La couverture peut-être? La peur d’être déçu après des oeuvres comme Novecento: pianiste, ou soie? Mais depuis ce début d’année 2016, je me contraint à retourner ma PàL pour aller chercher les livres du bas, ceux dont j’ai oublié la présence. Ceux que je fuis du regard lorsqu’il s’agit de choisir une nouvelle lecture, en me disant, la prochaine fois, en attrapant un des derniers bouquins arrivés.

Cette histoire-là d’Alessandro Baricco en faisait partie. Et ce roman est une vraie merveille! Si j’ai du couper ma lecture au milieu (pendant 3 semaines) pour cause de défaut de fabrication, cela n’a pas entamer la continuité de la lecture de Cette histoire-là.

Ce roman est d’une élégance rare. Alessandro Baricco écrit l’histoire d’une vie, celle de Ultimo Parri, et il le fait avec une économie de mots proprement surréaliste. Il y a tout et plus encore. L’auteur multiplie les points de vue, les formes narratives et il y a tout et plus encore. Le livre est d’une fluidité surprenante pour ce genre de découpage de récit. Baricco se permet même de faire de son personnage principal une figure évanescente qui devient sa propre légende.

Les ellipses de plusieurs dizaines d’années, certaine rupture temporelle du récit (flash forward) font de Cette histoire-là une oeuvre stylistiquement remarquable dont la poésie intrinsèque du récit m’a beaucoup touché.

Cette histoire-là d’Alessandro Baricco est une petite pépite de littérature comme je les aime. Il y a de la sensibilité dans l’écriture de cette auteur et pas mal d’anticonformisme. Un livre de Baricco, ça ne se lit pas, ça se ressent, ça se voyage, ça se rêve, ça se vit. Surtout Cette histoire-làCette histoire-là.

Livrepoche.fr, un livre, une poche…

9 Comments
  1. voilà qui donne envie de retrouver la belle plume d’Aessandro Baricco. J’ai adoré Soie ( as-tu lu aussi l’adaptation en BD avec les dessins de Rebecca Dautremer ?)

    • Je ne suis pas trop BD et je n’ai pas vu ni lu cette adaptation de Rebecca ! As-tu lu Novecento : pianiste ?

  2. « Soie » et « Novecento : pianiste » sont deux merveilleux récits que j’ai adoré ! Par contre « Océan mer et « Sans sang »… 🙁
    Serai-je définitivement conquise par Alessandro Baricco avec « Cette histoire-là » ?

    • Je ne me rappelle plus « Océan mer » mais j’avais trouvé à « Sans sang » une finesse et une retenue très élégante !
      « Cette histoire-là » à une structure assez originale avec des points de vue multiples.
      Mais c’est une super histoire et je l’ai beaucoup aimé !

    • J’ai trouvé « Sans sang » assez confus et vain. Pas franchement mauvais, mais rien de saisissant non plus. Une histoire rachitique habillée de points de suspensions…
      Quant à « Océan mer », j’avais trouvé le passage sur le naufrage de la Méduse vraiment saisissant, très intense, mais tout le reste est très confus…

    • Sans sang n’est clairement pas dans la débauche d’effets ni d’actions mais j’y avais trouvé beaucoup de finesse! Le style de Baricco est tellement élégant qu’il pourrait ne rien dire, je me laisserais bercer !
      Je suis en cours de relecture de tous les Baricco et le prochain sera probablement Océan mer !

  3. J’ai 3 titres de Baricco dans ma PAL. Le très beau Soie illustré par Rebecca Dautremer (dont parle Nath), Novecento pianiste en ebook et Mr Gwyn en poche ^^
    Et je recule toujours devant leur lecture, comme si leur temps n’était pas encore venu…
    Il faudrait que je me décide n’est ce pas?
    Le sentiment de manquer quelque chose en te lisant ici 🙂

    • Novecento est dans mon top 5! J’adore ce roman! Et Soie est très bon aussi! Je n’ai pas encore lu Mr Gwyn ! Cela ne saurait tarder!
      Comme toi, j’ai laissé traîner un roman de Baricco dans ma PAL, Cette histoire-là et je le regrette car je l’ai beaucoup aimé aussi!

  4. Pingback: EMMAÜS D'ALESSANDRO BARICCO - livrepoche

N'ayez pas peur de commenter