Van Gogh, le suicidé de la société d’Antonin Artaud

Van Gogh, le suicidé de la société (1947) d’Antonin Artaud, avant-propos d’Évelyne Grossman…

Le résumé de l’éditeur: Dans Van Gogh le suicidé de la société, publié en 1947, Antonin Artaud fait de la violence de Van Gogh la réponse à l’obscénité haineuse du monde et des psychiatres ; de sa folie, une réponse de l’âme à l’imbecillité universelle qui lui souffle «Vous délirez». Alors Van Gogh s’est tué parce qu’il ne pouvait pas tuer le psychiatre, le docteur Gachet. Il s’est tué parce qu’il ne pouvait plus supporter ce «délire» qu’on attachait à ses pas.

Depuis quelques temps, je souhaitais lire du Antonin Artaud et mon choix se portait sur Le Moine. Je ne sais plus où je suis allé pécher le nom de cet auteur parce qu’il ne m’évoque rien. Et, voila que mon beau-père, voulant me faire découvrir quelques auteurs, m’offre ce bel ouvrage de chez L’Imaginaire Gallimard, Van Gogh le suicidé de la société.

La rencontre entre les deux, l’auteur et son sujet est plutôt, enfiévrée. Et malgré que le titre face allusion à Van Gogh, je ne suis pas sûr que cet essai n’est que le peintre comme sujet. J’ai eu le sentiment de lire un plaidoyer en creux, un plaidoyer qu’Antonin Artaud ferait s’il était son propre avocat de la défense. Non non, Vincent n’était pas fou!.

Comme je l’ai dit, je ne connais pas Antonin Artaud mais il me fait l’effet d’un poète écorché vif. À la limite d’un trop plein d’émotions. Un hyper sensible qui manie la langue pour expurger la tension qui l’habite. Il se sert d’un artiste entier comme lui, pour le défendre, porter aux nues son art à travers le sien. Du coup, Van Gogh le suicidé de la société est un objet littéraire étrange, l’oeuvre d’un artiste au service d’un génie.

Mais est-ce vraiment un essai qu’à voulu écrire Antonin Artaud? Plutôt une tribune. Un plaidoyer. Un poème. Tout à la fois. Un portait et un autoportrait aussi. En tout cas, je maintiens mon envie de découvrir Le Moine (de Lewis) à travers la voix d’Antonin Artaud.


Livrepoche.fr, un livre, une poche…

2 comments to “Van Gogh, le suicidé de la société d’Antonin Artaud”

N'ayez pas peur de commenter