REGAIN DE JEAN GIONO

Regain (1930) de Jean Giono…

Le résume de l’éditeur de poche, ici: Tous sont partis. Panturle se retrouve seul dans ce village de Haute-Provence battu par les vents au milieu d’une nature âpre et sauvage. Par la grâce d’une simple femme, la vie renaîtra.
Jean Giono, un de nos plus grands conteurs, exalte dans Regain, avec un lyrisme sensuel, les liens profonds qui lient les paysans à la nature.

Il n’est pas nécessaire de raconter des choses extraordinaires pour avoir un roman extraordinaire. Et Regain, c’est typiquement la preuve du talent incontestable de Jean Giono car avec une histoire, j’ose le dire, « banale » il parvient à dresser une oeuvre qui transcende son sujet, l’élève au niveau du mythe ou de la légende. Tout simplement de la grande littérature.

Avec une économie de mots et d’effets, Jean Giono tisse une histoire où l’évidence côtoie le génial. Regain est une histoire de terroir d’une incroyable modernité. La passion de la terre s ressent dans chaque ligne. Chaque personnage est touchant dans sa simplicité, empli d’une humanité rare. J’admire la bienveillance qui transpire de ce récit et la subtilité avec laquelle Jean Giono développe son histoire.

Mais Regain, c’est aussi une structure de narration intéressante où Jean Giono prend quelques libertés avec la linéarité et stimule la lecture. C’est un récit touchant à plus d’un titre et j’ai une mention spéciale pour le personnage de la mère, la Mamèche dont l’intervention touche au sublime.

J’ai donc beaucoup aimé Regain et cela me réconcilie avec Jean Giono pour lequel j’étais resté sur une mauvaise impression avec Provence, probablement parce que c’est un essai. Un des rares livres que je n’ai pas terminé.

Disponible sur Amazon


Livrepoche.fr, un livre, une poche…

5 Comments
  1. Ah tu me rappelles de bons souvenirs! J’ai adoré moi aussi le pouvoir évocateur de la plume de Giono, qui suggère plus qu’il ne décrit. Beaucoup plus jeune, j’avais lu et aimé Le Hussard sur le toit, et j’ai Un de Baumugnes dans ma PAL… Je crois que je vais l’en sortir bientôt!

    • J’étais bloqué avec une lecture passée très chiante (Provence), un essai mais Regain vient de me réconcilier avec Giono!

  2. Ah Jean Giono, une valeur sûre également (mais je n’ai pas lu Provence…) je te conseille également L’homme qui plantait des arbres, parfait comme lecture estivale 😉

N'ayez pas peur de commenter