Mondo reverso 1. Cornelia et Lindbergh d’Arnaud Le Gouëfflec et Dominique Bertail

Mondo reverso 1. Cornelia et Lindbergh (2018) d’Arnaud Le Gouëfflec (scénario) et Dominique Bertail (dessin)…

Le résumé de l’éditeur: Comme toutes les femmes dans ce désert de l’Arizona, Cornelia mène le monde du bout de son revolver.
Rencontrant Lindberg, le mari taciturne d’une banquière, elle le convainc de l’accompagner dans la quête d’un filtre indien qui inverserait les rôles des sexes dans la société. Un western transgenre à travers les grands espaces américains.

J’ai été tenté par une BD western et vu le pitch de Mondo Reverso 1, Cornelia et Lindbergh d’Arnaud Le Gouëfflec et Dominique Bertail, je ne pouvais que me lancer. J’ai pas été au bout de mes surprises.

J’ai beaucoup aimé le style graphique, fouillé, détaillé, qui se déroule dans un sépia superbe. Et chaque planche, chaque case mérite un regard concentré car les codes de Mondo Reverso sont inversés. Ces dessins, on les doit à Dominique Bertail. Femmes vêtues à la masculine, menant les aventures, dans les situations que l’on attribue aux hommes et inversement. Ça bouscule l’habitude des westerns et ça stimule la lecture.

Mais Mondo Reverso 1, Cornelia et Lindbergh va chercher plus loin. Arnaud Le Gouëfflec travaille son scénario autour du travestissement et là, ça devient tortueux. Tortueux, osé et troublant car le lecteur n’a pas le temps d’ancrer le nouveau paradigme inversé et pleinement comprendre les tensions inhérentes à cette situation qu’il est bouleversé par des travestissements qui rétablissent l’ordre connu des choses. Mais cela n’est pas normal pour les personnages.

J’ai donc été surpris par Mondo Rerverso, par son univers tronqué, bouleversé. L’intrigue en elle-même s’efface de ma mémoire mais l’idée de ce monde inversé restera longtemps. Je lirais le tome 2, La Bonne, la Brute et la Truande. Vaste programme.


Livrepoche.fr, un livre, une poche…

N'ayez pas peur de commenter