Le Désert d’Ata de Claire Malary et Mélanie Trugeon

Le Désert d’Ata (2021) de Claire Malary (scénario et dessin) et Mélanie Trugeon (scénario)…

Le résumé de l’éditeur: Jahel, une jeune ornithologue spécialiste des grands oiseaux aquatiques, roule dans le désert d’Atacama, au Chili, à la recherche d’une espèce : le flamant rose andin. S’étant arrêtée pour étudier l’un des groupes présents, elle profane à son insu le tombeau consacré par Ata, un autochtone. En plein cœur de ce « no man’s land » hostile, deux êtres rongés par la culpabilité et la solitude vont s’affronter.

Les planches de cette BD sont épurées au maximum et le but est de nous rapprocher de la légende, au plus près, sans fioriture. Le désert d’Ata va chercher l’essence d’une fable chilienne. Claire Malary et Mélanie Trugeon nous racontent une rencontre mais tout est suggéré et j’ai été dans un flou poétique tout du long car je n’avais pas lu le résumé. 

Pour tout dire, ce n’est qu’après la lecture que j’ai vu que le personnage principal était une femme. Je ne comprends donc pas le choix graphique de Claire Malary de dessiner une femme androgyne, personnage qui aurait pu aussi bien pu être un homme. Pour le reste, les planches sont très belles et la poésie qui s’en dégage est assez rare. Le problème, si c’en est un, est qu’il vaut mieux lire le résumé avan de se lancer.

Cela ne m’arrive pas souvent mais j’ai aimé Le désert d’Ata qu’après avoir fermé la BD et lu le résumé. À ce moment là, mon avis a basculé car j’ai pu identifier les faits que les scènes presque abstraites racontaient. Je recommande cette fable graphique de Claire Malary et Mélanie Trugeon.


Livrepoche.fr, un livre, une poche…

2 comments to “Le Désert d’Ata de Claire Malary et Mélanie Trugeon”
  1. « Pour tout dire, ce n’est qu’après la lecture que j’ai vu que le personnage principal était une femme. »
    Aïe.
    Quand il faut lire la quatrième de couv’ pour comprendre le livre, c’est qu’il y a un problème !

    • Je suis de ton avis mais parfois, il y a des exceptions et je pense que c’en est une. Si les autrices expliquaient tout dans la BD, on perdrait la poésie et le style épuré qui est très beau.

N'ayez pas peur de commenter