LES RIVIÈRES POURPRES DE JEAN-CHRISTOPHE GRANGÉ

Les Rivières pourpres (1998) de Jean-Christophe Grangé…

Le résumé de l’éditeur de poche, iciUn cadavre, horriblement mutilé, suspendu entre ciel et terre dans les montagnes de la région grenobloise. Une tombe, celle d’un petit garçon, mystérieusement «visitée» pendant la nuit, cependant que les dossiers le concernant disparaissaient de son école. Deux énigmes, que vont s’attacher à résoudre deux flics hors normes : Pierre Niémans, policier génial, dont les méthodes peu orthodoxes ont compromis la carrière. Et Karim Abdouf, l’ancien délinquant devenu flic, dont la couleur de peau et les dreadlocks suscitent plutôt la défiance dans le trou de province où on l’a nommé… Les deux affaires vont se rejoindre, et les deux hommes se reconnaître. Ensemble, ils vont remonter vers le terrifiant secret des rivières pourpres. Un secret qui ne nous sera livré qu’aux dernières pages de ce thriller exceptionnel, dû à l’auteur du Vol des cigognes et porté à l’écran par Mathieu Kassovitz.

J’ai eu quelques réticences à me lancer dans la lecture de Les Rivières pourpres et ce n’est surement pas à cause de Jean-Christophe Grangé dont j’ai apprécié le style avec La ligne noire et Le Concile de pierre. La raison, c’est que j’ai découvert Les Rivières pourpres avec l’adaptation cinéma de Mathieu Kassovitz et que je l’ai bien aimé.

Et dans le cas d’un thriller, où l’intrigue et la chute ont beaucoup d’importance, les connaitre à l’avance risque de gâcher le plaisir. Heureusement, le roman diffère assez pour garantir un intérêt à la lecture.

Je n’en rajouterais pas sur le style de Jean-Christophe Grangé, un style très efficace, sans fioritures. On peut dire haletant! Dans Les Rivières pourpres, son deuxième roman, le rythme s’équilibre bien entre les 2 personnages principaux qui mènent des enquêtes distinctes. De plus, l’immersion dans cet univers montagneux m’a bien plu, dire qu’il m’a glacé les sangs serait facile.

Outre ses éléments, c’est l’histoire qui m’a bien séduit. Les Rivières pourpres est vraiment original, je trouve. Il est à la fair original mais possède une dimension. Ce n’est pas seulement quelques personnages qui sont impliqués. Je n’en dirais pas plus mais c’est une intrigue d’envergure, dimensionné aux circonvolutions et à la machination que Jean-Christophe Grangé a mi en place.

Je recommande donc Les Rivières pourpres même à ceux qui ont vu le film qui est une adaptation pas des plus fidèle à l’intrigue du roman. Et plus largement les romans de Jean-Christophe Grangé sont à conseiller même si je ne suis pas un expert de cet auteur!


Livrepoche.fr, un livre, une poche…

4 Comments
  1. Comme j’ai vu le film il y a déjà pas mal d’années, je suis presque certaine que ma lecture du roman (si cela devait advenir) ne souffrirait pas de cela.
    Si tu dis qu’en plus, les intrigues divergent quelque peu alors c’est encore mieux.

    Pour Grangé, j’ai cru lire que ses tous derniers romans avaient déçu son lectorat, notamment Kaiken et ça m’avait refroidi de le lire. Mais ce serait un tort non?

    • Ce que tu dis sur les derniers Grangé, je l’ignorais! De toute façon, il est certain qu’à un moment donné, les lecteurs se lassent, surtout dans le genre « thriller ». J’ai Kaïken dans ma PAL, je pourrais te dire ce qu’il en est!

    • Je me souviens que sur le forum, certains avaient eu le sentiment que l’auteur s’était foutu de la g… des lecteurs avec Kaiken. Je ne crois pas que ça avait à voir avec un sentiment de lassitude, c’était des fans mais là, ils s’étaient sentis trompés sur la marchandise.
      En tout cas, je suivrai ton avis!

    • Je verrais ça dans l’année je pense! Mais je ne vois pas pourquoi je penserais différemment de l’avis des autres, quoi que?…

N'ayez pas peur de commenter