LES MORSURES DE L’OMBRE DE KARINE GIÉBEL

Les Morsures de l’ombre (2007) de Karine Giebel…

Le résumé de l’éditeur de poche, iciElle est belle, attirante, disponible. Il n’a pas hésité à la suivre pour prendre un dernier verre.
À présent il est seul, dans une cave, enfermé dans une cage. Isolé. Sa seule compagnie ? Sa séductrice et son bourreau. Et elle a décidé de faire durer son plaisir très longtemps. De le faire souffrir lentement.
Pourquoi lui ? Dans ce bras de fer rien n’est dû au hasard. Et la frontière entre tortionnaire et victime est bien mince…

Un roman glaçant, qui ferait passer le Misery de Stephen King pour un roman d’ados !

Bien dans ma vie !

Prix SNCF du polar français, Prix Intramuros et Prix du festival international du Roman noir

Je découvre Karine Giebel avec ce premier titre à me tomber entre les mains, Les Morsures de l’ombre. Je ne suis pas déçu de trouver ici, un exercice de style autour de l’enfermement. Le roman se dévore. Le rythme est très haletant, suffocant.

J’ai bien aimé le style direct, très vivant, très oral de Karine Giebel. Du début à la fin, on est saisi par la tension croissante de ce thriller. Et on se pose la question de savoir ce qui est vrai de ce qui est faux. C’est plutôt bien mené. Efficace.

Cependant, et c’est quasiment inéluctable, en centrant son histoire sur le protagoniste enfermé, Karine Giebel s’expose à de très légères longueurs. Mais comme cela colle aussi à la situation, cela nous place en empathie avec le personnage. Puis, comme Les Morsures de l’ombre est court, parlé de longueurs est un peu exagéré. Vous pouvez le dire. Ce serait plutôt des répétitions…

De plus, cette fois, j’avais deviné qui était le coupable très très tôt. Je n’avais pas les raisons mais j’avais vu juste dans la narration de Karine Giebel. Cela n’a cependant rien gâcher à la lecture, juste un peu moins de surprise à la fin.

Les Morsures de l’ombre me fait un peu pensé à Vertige de Franck Thilliez mais le style de Karine Giebel est un peu plus fort, plus marqué, plus condensé. Un style qui me plaît bien. Un style que j’espère retrouver dans les autres romans de cet auteur que je lirais, notamment, Meurtres pour rédemption, qu’on m’a fortement conseillé.


Livrepoche.fr, un livre, une poche…

10 Comments
  1. Si je me souviens bien, ce titre-là je l’ai lu après Meurtres pour rédemption. Je me souviens m’être dit, il est « ok » mais avoir eu la sensation qu’il lui manquait la force qui m’avait tellement transportée dans MpR.
    Et je crois qu’il m’avait aussi manqué la qualité d’écriture trouvée dans MpR. Quelque chose dans ce goût-là.
    Efficace certainement oui, c’est quelque chose qu’on ne peut lui enlever.

    Tu compares à Thilliez. J’ai envie de te dire, ne lis pas trop les Giebel à la suite, tu aurais le même sentiment qu’avec T., de voir se répéter quelques ficelles. Au 3ème titre lu, j’ai eu un peu ce sentiment. Mais là, j’ai quelques titres de la dame qui m’attendent dans la bibli et je me dis, que je m’en ferais bien un ^^

    Meurtres pour rédemption : j’espère qu’il va vraiment te plaire!

    • Vu ce que tu dis, ce Meurtres pour rédemption a l’air d’être vraiment excellent. Faudrait-il que je me le garde en réserve et lire d’autres titres de Giebel avant? On verra bien!

  2. oui il parait que MPR est son meilleur. J’ai bien aimé aussi juste une ombre qui est très angoissant. mais j’avais trouvé très tot aussi, mais cela n’a pas gâché ma lecture. j’ai le purgatoire des innocents dans ma pal. Il faudrait que je le sorte. mais comme dit cera, il ne faut pas lire ses auteurs a la suite car un risque de voir un air de déjà vu peut se faire.

  3. J’ai découvert également cette auteure avec Les Morsures de l’ombre que j’ai adoré. J’ai été happée dès le début par ce style accrocheur pour ne plus décrocher de l’histoire avant la fin. Je ne sais plus si je m’attendais à l’identité du coupable mais je me rappelle avoir passé un agréable moment de lecture qui m’a donné envie par la suite de découvrir Juste une ombre, Jusqu’à ce que la mort nous unisse, etc…

    • Oui, j’en lis pas mal même si j’essaye de varier mes lectures. Pour le moment, j’ai préféré Juste une ombre. On ne peut que s’interroger sur la véracité des faits, sur la folie ou non du personnage principal. C’est stressant, bien approfondi et comme souvent avec ses thrillers, l’auteure ne ménage pas ses personnages et ses lecteurs.

    • je pense que je lirais Meurtres pour rédemption en premier mais si je poursuis avec Giebel pourquoi pas aller vers celui dont tu parles!

  4. Je l’ai lu il y a quelques années. Je n’avais pas découvert qui était le coupable mais la lecture m’avait plus tout du long, sauf la fin. J’ai été déçu car elle arrivait un peu sans crier gare. Sinon j’ai lu Meurtres pour Rédemption la semaine dernière, vraiment excellent de bout en bout !

N'ayez pas peur de commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.