LE RÊVE D’UN HOMME RIDICULE DE DOSTOÏEVSKI

Le Rêve d'un homme ridicule de Dostoïevski par Livrepoche.fr

Le Rêve d’un homme ridicule de Dostoïevski…

Comment parler de ce récit : Le Rêve d’un homme ridicule de Dostoïevski ? Ayant lu pas mal de ses oeuvres, petites et grandes, j’ai l’impression d’être tombé sur le plus étrange de ses récits. Et Dieu sait que Dostoïevski peut frôler l’étrange tant ses oeuvres sont intenses, brulantes, fiévreuses.

Le résumé succint de l’éditeur de poche, iciLa fuite du héros dostoïevskien vers le mysticisme.

Et vient la fantasmagorie !

Et c’est à la suite de lecture comme celle-ci que j’ai envi d’en savoir plus sur l’auteur, le cheminement de sa pensée, le pourquoi et le comment. Ici, dans Le Rêve d’un homme ridicule, on commence avec les lamentations d’un homme qui se trouve, qui se sait ridicule. C’est le Dostoïevski que je connais. C’est fou, c’est presque surréaliste, j’y retrouve une sorte de radicalité des émotions au service de l’intensité du récit (si le héros n’était pas russe, je penserais que cela est exagéré).

Puis le récit bascule dans la description du rêve ! Fantasmagorie biblique, folie mégalomaniaque, il ne m’est pas possible d’affirmer ce qu’il faut en comprendre tant je suis réfractaire à toute religiosité ou mysticisme et qu’ici nous n’en sommes pas loin.

Les 54 pages du récit nous montrent l’appropriation par le personnage principal de toute la déchéance de l’humanité. Il devient responsable de ce que nous sommes devenus. Dostoïevski parle du bonheur à la fois si proche et si loin, il parle de l’utopie d’une humanité faite de joie, d’insouciance, d’osmose avec le monde.

C’est dans ce registre là qu’il n’est pas aisé de reconnaître Dostoïevski qui est pour moi l’auteur du peuple russe et de ses vicissitudes, de ses malheurs et de ses désespérances, de sa folie et de sa magnificence, de sa monstruosité et de son entièreté !

Livrepoche.fr, un livre, une poche…

N'ayez pas peur de commenter