DANS UN MIROIR, OBSCUR DE JOSTEIN GAARDER

Dans un miroir, obscur de Jostein Gaarder…

Traduit du norvégien par Hélène Hervieu

Le résumé de l’éditeur de poche, ici: Cécilie, huit ans, ne tient pas sur ses jambes. Atteinte d’une maladie incurable, elle oscille entre veille et sommeil. Le soir de Noël, un ange apparaît dans sa chambre, Ariel propose un pacte à la petite fille. Si elle lui explique ce que c’est qu’être un humain, il lui révèlera les secrets célestes, la vie éternelle, l’envers du miroir…

Né en 1952 à Oslo, Jostein Gaarder a enseigné la philosophie et l’histoire des idées avant de se consacrer à la littérature. Le Mystère de la patience et Le Monde de Sophie, best-seller de philosophie traduit en une cinquantaine de langues, sont également disponibles en Points.

Gaarder, encore une fois, joue les magiciens et prouve qu’il est un conteur hors pair.

Le Figaro littéraire

Voila que je me retourne vers Jostein Gaarder, un auteur découvert il y a pas mal de temps avec le livre culte, Le monde de Sophie et dont j’ai lu quelques autres romans sans me souvenir vraiment de ce que j’ai pu ressentir. C’était bien avant le blog, bien avant que je réfléchisse plus profondément à mes lectures.

J’ai donc attrapé Dans un miroir, obscur dans la bibliothèque. Et ma première surprise concerne le ton. Je me faisais l’idée que Jostein Gaarder était un auteur subtil, fleurant avec la philosophie, profond donc assez intellectuel! Ce roman est assez « jeunesse ». Non pas parce que l’héroïne est une petite fille mais les idées développées sont plutôt simpliste, très, très, trop didactique.

Construit comme un dialogue philosophique, j’ai trouvé à Dans un miroir, obscur, une certaine lourdeur religieuse et son corollaire d’idées arrièristes qui m’ont gêné. Je ne connaissais pas Jostein Gaarder comme cela. Je ne connaissais pas Jostein Gaarder.

J’ai l’air de dire que je n’ai pas aimé alors que ce roman se lit très bien, avec plaisir même, grâce à la finesse de l’auteur. Et si je n’ai pas eu la surprise de la fin, j’ai quand même était ému.

Dans un miroir, obscur est un roman sensible, bienveillant, un moment de réflexion touchant et comme je l’ai dit plus haut, convient à tous les âges, même les plus jeunes et peut aider à amener le dialogue sur des sujets comme la maladie et la mort!

C’est avec plaisir que je retrouverais Jostein Gaarder avec un des romans qui trônent dans ma bibliothèque! Avez-vous lu son livre culte, Le monde de Sophie?


Livrepoche.fr, un livre, une poche…

14 Comments
  1. Je n’ai lu que l’héritage d’Anna et j’ai été assez déçue ( d’ailleurs je n’ai pas fait de chronique !). L’aspect documentaire prend trop le pas sur le récit.On dirait un exposé et du coup je ne me suis pas attachée au personnage qui m’a semblé assez plat. Dommage car les sujets évoqués intéressaient pour le faire lire à mes élèves.J’ai dans ma pile à lire Le Monde de Sophie que je dois lire bientôt. Ce titre me tentait également. Mais comme je reste sur une mauvaise impression j’hésite

    • Je ne connais pas L’héritage d’Anna (ton avis ne va pas m’aider à aller le lire) mais j’ai l’impression que le côté didactique, documentaire, vulgarisateur participe du style de Gaarder. Le monde de Sophie, comme le dit My sur LA, semble être aussi une sorte de résumé de l’histoire de la philosophie romancé!

  2. Je l’ai lu à mes 15 ans ce livre et je sais qu’il m’a baumé le coeur car j’affrontais pas mal de trucs désagréables dans ma vie, pour autant je ne pense pas que je le relirai et je suis d’accord avec toi, les idées sont assez simplistes mais très poétiques. Par contre Le monde de Sophie je pense que je le relirai.

    • Dans un miroir, obscur est un livre qui peut faire beaucoup de bien, surtout à des lecteurs qui serait dans un cas proche de ce qui est raconté! Le monde de sophie est celui que j’ai envie de relire aussi!

    • je comprends ce que tu veux dire! Il n’est pas très « sexy » comme auteur, presque trop polissé peut-être?

  3. M’a pas l’air très joyeux tout ça. Bon en même temps, ce n’est pas comme si ça me faisait vraiment peur.
    J’ai entendu parler de Le monde de Sophie mais je n’ai jamais franchi le pas de lire cet auteur. Cela pourrait être intéressant mais j’avoue ressentir comme un frein irraisonné devant lui. Parfois le moins j’en sais, le mieux est-ce ^^

    • Je veux le relire et comme toi, je pense que je vais avoir du mal à me lancer! Dans un miroir obscur n’est pas si triste dans son style, au contraire, il y a une sorte de fraicheur enfantine!

  4. Pingback: VITA BREVIS DE JOSTEIN GAARDER - Livrepoche.fr

N'ayez pas peur de commenter