CLEER, DE L.L. KLOETZER

Cleer de L.L. Cloetzer par livrepoche.fr

Je ne saurais dire si la météo (clémente) ou les vicissitudes de la vie quotidienne ont joué mais j’ai eu un grand mal à venir à bout de Cleer, une fantaisie corporate de L.L. Kloetzer. La lecture en a été difficile sitôt engagé la troisième « nouvelles » car il manquait, à mon sens, beaucoup de cohésion (justement) et aurait susciter un intérêt de lecture malheureusement déclinant.

Le résumé de l’éditeur de poche, iciCLEER est un concept, une idée flottant dans l’éther, une pure lumière. CLEER est une corporation, une multinationale d’aujourd’hui et de demain, tendant vers l’absolu. Vinh et Charlotte participent de cet effort. Ils sont des consultants spéciaux, ils résolvent les problèmes mettant en jeu le bien le plus précieux du groupe : son image. Pour eux, les cas de disparitions, les épidémies de suicides, les contaminations transgéniques. Ils défendent la vérité, la transparence, la fluidité de l’information, les intérêts des actionnaires. Ils sont l’ultime ressource contre la superstition et le chaos. Ils sont la Cohésion Interne. 

Cleer est le témoignage d’un univers professionnel aux limites de l’incandescence.

Je suis d’autant plus déçu de cette lecture que je m’y engageais confiant, avec un thème assez original et l’espoir de satisfaire une curiosité corporate. Et c’est à cet endroit seulement que Cleer est intéressant. Mais intéressant comme le serait un documentaire sur les « supers collaborateurs » qui nourrissent de leur temps et de leur talents les multinationales. Je n’ai jamais trouvé le liant qui permettrait à ces nouvelles de prendre un sens supérieur à leur simple somme.

Cleer de L.L. Kloetzer est pour moi un livre difficile d’accès dont les clefs (s’il y a des serrures ?) ne sont pas données aisément et ce jusqu’à la fin où les auteurs laissent le lecteur dans une sorte d’hébétude et la grande frustration d’être passé à côté sans jamais avoir eu l’espoir de comprendre.

Mais suis-je le seul de cet avis ?

Livrepoche.fr, un livre, une poche…

N'ayez pas peur de commenter