Chienne de Marie-Pier Lafontaine

Chienne (2019) de Marie-Pier Lafontaine…

Le résumé: Cette autofiction raconte une famille dans laquelle un père sadique et tout-puissant fait régner la terreur. Le projet est simple : décrire avec précision l’effroyable barbarie d’un homme qui roue sa fille de coups, qui la tient en laisse, qui la force à marcher à quatre pattes, à manger sous la table, sans que la mère s’interpose jamais. Personne ne s’étonnera si l’enfant, devenue grande, finit par mordre.

Voila ! Je crois que je viens de lire le roman ultime sur la pédophilie et autres abus fait aux enfants. Chienne de Marie-Pier Lafontaine. Le récit est de cette violence qui prend aux tripes alors que paradoxalement, il contient moins d’horreur que d’autres du genre (je pense à Le démon de la colline aux loups). La violence ici est aussi psychologique, sourde, une menace permanente. L’auteur nous raconte son enfance, avec un père prédateur et une mère complice et dans un sens, victime.

Le style, déjà, ramène tout à l’essentiel. Car il n’y a rien d’autre que ce que ces gamines vivent. Marie-Pier Lafontaine ne brode rien. Tout est livré tel que ressenti, sans fard, sans mise en situation. C’est brutal et âpre. Un gouffre sans lumière. Chienne. Pourtant, le ton s’avère distant, comme dissocié des brimades, probablement un processus de protection psychologique qui permet de tenir et s’accrocher à quelque chose. Chienne.

Malgré la dureté du récit, il y a une forme de romanesque dans le destin de cette autrice, qui, comme elle le fait, donne à Chienne cet élan des destins extra ordinaires que l’on peut citer en exemple. Je n’en dis pas plus.

Marie-Pier Lafontaine a fait un remarquable travail littéraire sur ce récit et cela confirme que son ambition méritait d’être suivi, malgré tout. Chienne.


Livrepoche.fr, un livre, une poche…

2 comments to “Chienne de Marie-Pier Lafontaine”

N'ayez pas peur de commenter