À L’ORÉE DU VERGER DE TRACY CHEVALIER

À l’orée du verger (2016) de Tracy Chevalier…

Le résumé de l’éditeur de poche, FolioEn 1838, la famille Goodenough s’installe sur les terres marécageuses du Black Swamp, dans l’Ohio. Chaque hiver, la fièvre vient orner d’une nouvelle croix le bout de verger qui fait péniblement vivre ces cultivateurs de pommes. Quinze ans et un drame plus tard, leur fils Robert part tenter sa chance dans l’Ouest et sa sœur Martha n’a qu’un rêve : traverser l’Amérique pour lui confier un lourd secret. 
Des coupe-gorge de New York au port grouillant de San Francisco, À l’orée du verger nous plonge dans l’histoire des pionniers et dans celle, méconnue, des arbres, de la culture des pommiers au commerce des arbres millénaires de Californie.

Peu à peu, je refais mon retard sus ses auteurs contemporains dont je ne suis pas l’actualité et aujourd’hui, grâce à Folio, c’est Tracy Chevalier que je rencontre à travers son roman À l’orée du verger.

Bien sûr, Tracy Chevalier ne m’était pas inconnu mais je n’avais jamais eu l’opportunité de la lire. À l’orée du verger, c’est une histoire de l’Amérique, une nouvelle fois! Je dis une nouvelle fois car j’ai récemment lu Mon Antonia de Willa Cather dont la toile de fond est proche, la construction de ce vaste pays.

Tracy Chevalier nous raconte une histoire de famille, pionnière, avec des excès tragi-comique, un certain foisonnement. Mais ça, ce n’est que la première partie.

La richesse de À l’orée du verger est la construction du récit qui fait des allers-retours temporels avec des formes de narration variées et cohérentes pour nous exposer les parcours de chacun. Cela aurait pu être encore un peu plus poussé sur la forme et peut être un peu moins détaillé. C’est une forme de réalisme qui nous permet de nous immerger dans un univers très précis.

Et finalement, les longueurs sont aussi là pour nous laisser le temps de respirer, sentir les choses. Tracy Chevalier a réussi une peinture singulière et quelque chose me dit qu’il y a d’autres titres de cette autrice à découvrir. Un conseil peut-être?


Livrepoche.fr, un livre, une poche…

4 comments to “À L’ORÉE DU VERGER DE TRACY CHEVALIER”
  1. Tiens c’est étrange, par rapport à ce que tu en disais sur Insta, je pensais que ton avis serait bien plus mitigé que ça. Et là, tu donnes l’impression de l’avoir plutôt bien apprécié ^^

    Je suis retournée lire mon avis du coup. Je n’y parle pas de longueurs, donc je ne les ai pas ressenties de mon côté (habituée déjà à l’écriture de l’autrice???). Par contre, je semble avoir été pas mal marquée par le personnage de la soeur de Robert.

    Mon titre préféré de Tracy Chevalier étant La dernière fugitive, c’est donc ce roman que je te recommande 🙂

    • Parfois, il est difficile de rendre précisément un ressenti! Celui-ci a du évoluer avec le temps. J’ai pas le roman dont tu parles mais j’ai Le Récital des anges, l’as-tu lu?

N'ayez pas peur de commenter