Whiskey Tango Foxtrot de David Shafer

Whiskey Tango Foxtrot (2014) de David Shafer, traduit par Laure Manceau…

Le résumé de l’éditeur: Le Comité, réseau international d’industriels et de magnats des médias, s’apprête à privatiser les données du monde entier. Une organisation utopiste souterraine, Dear Diary, tente de contrer ces sombres desseins. Dans cette bataille secrète débarque un trio improbable : Leila, travailleuse humanitaire chargée par une ONG en mal d’idées de sponsoriser des projets féministes au Pakistan ; Leo, rentier dysfonctionnel doublé d’un jean-foutre, fumeur de joints et bizarrement doué pour le job d’assistant maternel ; et Mark Deveraux, gourou bidon en développement personnel, juste assez lucide pour ne pas gober lui-même les formules creuses qu’il enfile comme des perles dans ses publications pour gogos. Si demain les hommes ont encore droit à une vie privée, c’est peut-être à eux qu’ils le devront…

Ce roman n’avait rien de particulier qui pouvait m’attirer mais quand je lis sur la 4e de couverture une référence à Chuck Palahniuk, un de mes auteurs contemporains préférés, j’ai tout de suite mis Whiskey Tango Foxtrot en haut de mes désirs et l’occasion de découvrir David Shafer, son auteur.

La référence à Chuck Palahniuk n’est valable que parce que les 2 auteurs sont de la même ville, Portland Oregon. Pour le reste, il y a bien un côté WTF (Whiskey Tango Foxtrot) mais David Shafer me laisse l’impression de ramener l’excentricité des personnage vers la norme en les rapprochant de nous là où Chuck Palahniuk magnifie les excentriques et nous approche d’eux et de leur monde.

Ce roman n’est pas mauvais. On se prend à suivre ses personnages et petit à petit, l’intrigue générale prend forme. C’est un développement assez long au point de se demander si on est vraiment dans un polar ou un contemporain.

Whiskey Tango Foxtrot a un défaut de rythme et la fin est un parfait exemple. Je n’en dis pas plus mais s’il y avait une suite de prévu cela ne m’aurait pas surpris.

David Shafer nous plonge dans un polar, une légère anticipation cyber paranoïaque qui peut glacer le sang par son réalisme. Une alerte sur les dérives de nos sociétés ultra connectées. Le méchant est quelque peu JamesBondien et malgré l’inévitable exagération due aux ambitions mégalomanes, j’aime que les auteurs ne se retiennent pas. C’est ce qui me plaît dans la littérature US qui ne s’encombre pas d’embarquer toute la planète dans leur histoire.

Whiskey Tango Foxtrot se laisse lire et son univers un peu à côté de ce qui se fait habituellement dans le genre est un bon point pour les plus curieux. Rien que ça, c’est déjà bien.


Livrepoche.fr, un livre, une poche…

N'ayez pas peur de commenter