THÉRÈSE DESQUEYROUX DE FRANÇOIS MAURIAC

Thérèse Desqueyroux (1927) de François Mauriac…

Le résumé de l’éditeur de poche, iciPour éviter le scandale et protéger les intérêts de leur fille, Bernard Desqueyroux, que sa femme Thérèse a tenté d’empoisonner, dépose de telle sorte qu’elle bénéficie d’un non-lieu.
Enfermée dans sa chambre, Thérèse tombe dans une prostration si complète que son mari, effrayé, ne sait plus quelle décision prendre. Doit-il lui rendre sa liberté ?

Que de lacunes dans mes lectures et enfin François Mauriac devient autre chose qu’une place ou une rue. Il devient l’auteur français de Thérèse Desqueyroux, Prix Nobel de Littérature 1952 de surcroit.

Je ne vais pas trop aller dans l’emphase car ce roman, sans être hermétique, n’est pas non plus le plus accessible. Thérèse Desqueyroux, c’est d’abord un portrait de femme mais un portrait en creux. Ce n’est que peu à peu que se dévoile cette femme, à travers son entourage ainsi que l’acte qu’elle a commis. Et encore, rien n’est très clair ici.

Rien n’est clair car la plume de François Mauriac est stylistiquement assez riche, fournie et peu factuelle. Du moins en partie. Ce qui donne ce sentiment ambiguë de lecture. Où je me situe dans la chronologie de cette histoire.

Thérèse Desqueyroux a été « apparement » salué par la critique de ses pairs mais je ne saurais être aussi enthousiaste qu’à l’époque car entre un style opaque et une histoire relevant du fait divers (tout romanesque manquant) rien ne m’a emballé plus que cela. Tout juste François Mauriac parvient à m’intéresser à ce portrait de femme qui est aussi, une belle photographie d’une époque, une époque dépassée.

Je tenterais probablement d’autres titres de cet auteur nobellisé et je me demande quels titres me conviendraient mieux? Des idées?


Livrepoche.fr, un livre, une poche…

4 comments to “THÉRÈSE DESQUEYROUX DE FRANÇOIS MAURIAC”
    • Ce n’est pas tant l’époque que certains moeurs entrainant des comportements que je trouve datés! Peut-être le terme « dépassée » n’est pas le bon?

  1. Je me souviens surtout de Le Sagouin, que j’avais aimé. Ma phase ado où je lisais tout un tas d’histoires d’enfants mal aimés :p

    Je suis presque sûre d’avoir aussi lu Thérèse Desqueyroux (tiens d’ailleurs tu as oublié le Y) mais par contre, je ne me rappelle de rien du contenu… Punaise tous ces livres au contenu oublié, ça me désole…

    • Je vais pas me forcer à lire du Mauriac. Il y a peu de lecteurs enthousiastes.
      J’ai corrigé le « y », merci!
      Pour ne plus oublier les livres lus, j’ai ouvert le blog et ça marche plutôt bien.

N'ayez pas peur de commenter