SARTORIS DE WILLIAM FAULKNER

Sartoris de William Faulkner par Livrepoche.fr

Sartoris de William Faulkner…

William Faulkner est Prix Nobel de Littérature 1949.

Le résumé de l’éditeur de poche, iciPour pénétrer dans l’univers du vieux Sud qui hante l’œuvre de Faulkner, la meilleure introduction est sans doute Sartoris. On y trouve le grand thème social de la décadence, après la guerre de Sécession. Dans une atmosphère lourde de cauchemars, pleine de souvenirs du passé et de mystères jamais élucidés, apparaissent les principaux personnages de la saga faulknérienne et, au premier rang, ces Sartoris, héroïques et fanfarons, dont aucun, de mémoire de vivant, n’est mort de façon naturelle.

Sartoris est le 3e roman de William Faulkner, publié en 1929 et il ne fait pas partie de ses oeuvres majeures comme Le bruit et la fureur (1929), Tandis que j’agonise (1930) ou Sanctuaire (1931).

Je dois le dire, c’est mon premier Faulkner (j’ai les 3 livres cités au-dessus dans la PAL) et après avoir redouté cette lecture, je me suis lancé, aveuglément, en confiance.

Et il n’a pas été facile de rentrer dans cette lecture. Si le style est assez complexe, c’est qu’il n’y a pas de linéarité. Dans Sartoris, les 200 premières pages ont été laborieuse. La multitude des points de vue ainsi que la similarité des prénoms des personnages a troublé ma compréhension du texte.

Mais, peu à peu, le récit a retrouvé un peu de calme dans la narration et j’ai eu plus de plaisir à rentrer dans cette histoire familiale hallucinante. Par certains côtés, Sartoris m’a fait penser à Cent ans de solitude de Gabriel Garcia Marquez, en moins virtuose, plus brouillon.

William Faulkner, auteur américain du sud, dépeint son Mississippi dans une fresque familiale originale par la complexité des relations de chacun ainsi que les tensions psychologiques qui régissent l’action des personnages.

Et Sartoris est un récit profond et intense dont la fin a bien rattrapé ce début fastidieux. J’ai lu sur Wiki que William Faulkner était considéré comme le rival stylistique d’Ernest Hemingway et avec cette lecture, je le trouve aussi mais rival ne me semble pas le plus approprié. Je dirais plutôt opposé stylistique (Longues phrases contre style minimaliste).

C’est donc un auteur moins accessible, moins facile mais non moins intéressant quand à la situation géo-politique des États-unis de ce récit (et des autres).


Livrepoche.fr, un livre, une poche…

9 Comments
  1. oh la la ! j’ai lu Faulkner plus jeune : Le Bruit et la fureur. Je n’ai compris qu’après coup qu’il avait une façon de manipuler la langue qui se rapproche un peu des surréalistes ( les associations de pensée). J’ai trouvé l’oeuvre difficile même si ces personnages tourmentés m’ont marquée

    • Là, tu m’inquiètes Nath! Je n’ai pas ressenti ça sur Sartoris! Suis-je passé à côté de cette lecture? Le bruit et la fureur est mon prochain Faulkner, un conseil pour apprécier au mieux ce roman? Je dois dire que je ne suis pas très fan du surréalisme en général mais en littérature, je ne vois pas ce que ça peut donner!
      Ton commentaire va probablement avancé cette lecture, par curiosité.
      Depuis, n’es-tu pas retourné vers cet auteur?

    • Et effectivement, je ne te le conseillerais pas. Mon prochain de Faulkner est Le bruit et la fureur, j’espère qu’il sera mieux!

  2. Pingback: LE CLAN DU SORGHO ROUGE DE MO YAN - livrepoche

  3. J’ai tenté le bruit et le fureur récemment et j’ai été déçue. Je n’ai même pas fini ma lecture pour dire. J’ai du mettre la barre trop haute sûrement, et je m’attendais à quelque chose du même style que Steinbeck, je ne sais pas pourquoi. Pas du tout accroché au style, j’ai trouvé ça vraiment lourd et indigeste.

    • Salut Jessica, Le bruit et la fureur est le prochain Faulkner que je lirais mais je suis pas pressé! Et je comprends tout à fait ce que tu dis sur son style, ce fut pareil pour Sartoris. Et Steinbeck, je ne connais pas mais ça m’a l’air bien! Tu me le conseilles?

    • Je te le conseille à 200%!!! Je suis devenue amoureuse de sa plume. Bien sûr je n’ai pas lu toutes ses oeuvres. Je te conseille en priorité les raisins de la colère et les souris et les hommes. Je suis curieuse d’avoir ton avis. 😉

  4. Pingback: LE BRUIT ET LA FUREUR DE WILLIAM FAULKNER - Livrepoche.fr

N'ayez pas peur de commenter