Petits crimes japonais de Kyōtarō Nishimura

Petits crimes japonais (1988) de Kyōtarō Nishimura, traduit par Jean-Christian Bouvier…

Le résumé de l’éditeur: Un homme, fasciné par les pickpockets, passe ses journées dans le métro ; un policier commet des délits pour envoyer de faux coupables en prison et les soustraire ainsi aux rigueurs de l’hiver ; un vieillard humilie les pauvres en jouant au « jeu de la charité » ; quelqu’un empoisonne les pigeons d’un temple en prenant soin d’avertir la police ; une jeune femme se sert de la pitié humaine pour commettre des crimes ; un vieil homme parle de sa passion du meurtre ; un étrange maître chanteur prend pour victime un coiffeur…
Huit nouvelles insolites et cruelles par l’un des maîtres du roman policier japonais, auteur d’une centaine de romans à succès et lauréat du prestigieux prix Edogawa Ranpo.

Voila un recueil de nouvelles noires et comme son nom l’indique, il s’agit de Petits crimes japonais de Kyōtarō Nishimura, je suis surpris de voir que cet auteur qui semble être une référence du polar au Japon (il a un musée à son nom), prolifique, n’a que 2 romans traduis en français. 2 romans et ce recueil de nouvelles. Et pourtant, ses textes courts ne sont pas dénué d’intérêt.

Avec une simplicité toute naturelle, Kyōtarō Nishimura nous raconte des petites magouilles, des petites bizarreries de la vie qui nous plonge dans une société un peu noire mais pas tout le temps. Ce que je retiens dans Petits crimes japonais, c’est une forme d’ironie que la plupart des chutes amènent. Un twist souvent bien trouvé qui nous fait sourire.

Kyōtarō Nishimura ne cherche pas la noirceur, le malsain. Il y a pas mal de tendresse pour ses personnages a qui les aléas de la vie n’ont pas fait de cadeau. Pendant la lecture de ses Petits crimes japonais, je prenais du plaisir à essayer de deviner quel serait la chute et je tombais rarement juste.

Avec le temps, toutes les nouvelles tendent à fusionner dans mon souvenir et je pense en oublier rapidement la plupart. Mais bon, ça c’est le lot de tous les textes avec lesquels on passe peu de temps.

Dans tous les cas, je me demande bien ce que donne les 2 romans de Kyōtarō Nishimura tant il a trouvé, dans ses nouvelles, des histoires touchantes, drôle, bien pensées. Mais je ne suis pas dupe, il ne doit pas y avoir beaucoup de lecteurs francophones qui doivent le connaître. 


Livrepoche.fr, un livre, une poche…

N'ayez pas peur de commenter