NAISSANCE DES FANTÔMES DE MARIE DARRIEUSSECQ

Naissance des fantômes (1998) de Marie Darrieussecq…

Le résumé de l’éditeur de poche, ici: «Mon mari a disparu. Il est rentré du travail, il a posé sa serviette contre le mur, il m’a demandé si j’avais acheté du pain. Il devait être aux alentours de sept heures et demie.»
Le mari sans visage ne reviendra pas.
Sa femme va attendre et l’attente va tout miner, la disparition va s’étendre à la vie, aux êtres qui entourent la narratrice, et aussi à son corps.
Une histoire de fantômes qui fait vaciller bien des certitudes.
«Écrire c’est être entre deux mondes, là où rien n’est certain mais où tout est possible, où circulent les fluides, les sensations.»

Il n’est pas impossible que ce soit le dernier roman de Marie Darrieussecq que je lise. Après Le mal de mer, C’est Naissance des fantômes qui tombe sous ma main. Sans qu’il soit aussi sibyllin stylistiquement, il reste un roman psychologique.

Le point de départ est pourtant intéressant mais Marie Darrieussecq me donne l’impression de s’engluer dans l’exercice de style consistant à développer son idée. Digressif et psychologique, Naissance des fantômes se regarde un peu le nombril et tourne en rond.

Ce qui me gêne, en fait, c’est que Marie Darrieussecq est resté en surface du romanesque pour rester dans les clous du normal, du possible, du quotidien. Qui a dit de l’ennuyeux?

Mais j’attends un peu plus de la littérature que les atermoiements assez peu touchants du personnage principal. En tout cas, j’ai trouvé ça inintéressant.

Je n’exclue pas la possibilité d’être passé à côté de quelque chose dans Naissance des fantômes, peut-être une divergence de sensibilité, en tout cas, je suis resté de marbre.

Et vous?


Livrepoche.fr, un livre, une poche…

6 comments to “NAISSANCE DES FANTÔMES DE MARIE DARRIEUSSECQ”

N'ayez pas peur de commenter