Les Livres de la Terre fracturée 1. La Cinquième Saison de N.K. Jemisin

Les Livres de la Terre fracturée 1. La Cinquième Saison (2015) de N.K. Jemisin, traduit par Michelle Charrier, Prix Hugo du meilleur roman 2016, Prix Planète SF des blogueurs 2018…

Le résumé de l’éditeur : La terre tremble si souvent sur votre monde que la civilisation y est menacée en permanence. Le pire s’est d’ailleurs déjà produit plus d’une fois : de grands cataclysmes ont détruit les plus fières cités et soumis la planète à des hivers terribles, d’interminables nuits auxquelles l’humanité n’a survécu que de justesse. Les gens comme vous, les orogènes, qui possèdent le don de dompter volcans et séismes, devraient être vénérés. Mais c’est tout l’inverse. Vous devez vous cacher, vous faire passer pour une autre. Jusqu’au jour où votre mari découvre la vérité, massacre de ses poings votre fils de trois ans et kidnappe votre fille.

Une des particularités de La Cinquième Saison, premier tome de la trilogie Les Livres de la Terre Fracturée, est qu’il a reçu le Prix Hugo en 2016. En cela, il n’est pas unique. Mais N.K. Jemisin fait plus fort car le tome2 (La Porte de cristal) et le tome 3 (Les Cieux pétrifiés) ont aussi reçu le prestigieux Prix les années suivantes.

Pour le premier tome, je dois dire que j’ai d’abord été surpris, déstabilisé principalement par le style de N.K. Jemisin. Une narratrice à la 2e personne du pluriel me pose toujours un problème car le lecteur est directement interpellé. Difficile de justifier cet utilisation sur le fond. Le style a quelque chose de différent par rapport à la production habituelle. Il y a de quoi non pas se perdre mais s’égarer un temps lors de certains passages moins linéaire dans l’action. Rien de rédhibitoire pour autant.

Pour ce qui est de l’univers, Les Livres de la Terre Fracturée nous change de l’habituelle variante médiéviste. Non, N.K. Jemisin tisse un monde âpre, brutal, radical et austère mais diablement original parfaitement amené par l’autrice.

Pour l’histoire, La Cinquième Saison tourne autour de 3 visages féminins. Sans être un tome strictement introductif, il n’y a pas de grande intrigue à moins que… Je passe. J’ai beaucoup aimé aussi l’usage de la sexualité décomplexée car cela montre que N.K. Jemisin ne s’autocensure pas pour plaire.

Tout n’est pas révélé dans ce roman et tous les mystères abordés sont loin d’avoir donné leur réponse ce qui gage de bons moment de découvertes à venir. Et quand on regarde la page Wiki de N.K. Jemisin, on constate qu’elle cumule les Prix prestigieux (Prix Locus et Prix Nébula par exemple).

Si jamais vous avez déjà terminé la trilogie, venez me dire ce que vous en avez pensé.


Trilogie Les Livres de la Terre Facturée

01. La Cinquième Saison

02. La porte de cristal

01. Les cieux pétrifiées


Livrepoche.fr, un livre, une poche…

6 comments to “Les Livres de la Terre fracturée 1. La Cinquième Saison de N.K. Jemisin”
  1. Etonné je suis d’un Hugo (que je n’ai pas lu) qui n’hameçonne pas vraiment avec sa quatre de couv, ce qui n’est pas forcément gage de lecture inintéressante. Curieux je suis de ton avis et peut-être qu’à mon tour je me laisserai tenter.

    • Pourtant, cette trilogie a reçu, pour chaque tome, le Prix Hugo de l’année. Pas mal non? J’ai tyerminé le premier et c’est très original en terme d’univers, bien foutu en gros. Il manque, à mon goût, un peu d' »aventure ».

  2. Je suis restée totalement bloquée par le choix de narration et c’est un de mes abandons de ces dernières années ; donc non pas terminée et pas l’intention d’aller plus loin

    • Je comprends ton attitude, j’ai trouvé le début plutôt étrange stylistiquement. Mais je me suis pas laissé bousculé et j’ai persévéré et heureusement. Je verrais rapidement ce que donne la suite.

    • Elle a le mérite de l’originalité, c’est indéniable mais j’ai quand même du mal avec le style (cela se poursuit avec le 2 que je lis actuellement), malgré ma concentration, je ne cerne pas bien les situations ou les évènements.

N'ayez pas peur de commenter