La voix du lac de Laura Lippman

La voix du lac (2019) de Laura Lippman, traduit par Hélène Frappat…

Le résumé de l’éditeur: Dans un quartier juif huppé de Baltimore, un soir de 1965, la très glamour Maddie, épouse et mère parfaite, reçoit par hasard un ancien flirt de lycée. Et se souvient alors combien, à l’adolescence, elle aspirait à devenir une femme libre et accomplie. Soudain, il n’y a plus que ce désir ardent.
Quittant d’un pas impudemment léger la demeure familiale, Maddie s’invente une vie rien qu’à elle – un appartement (minable), une liaison (torride) et surtout un poste d’assistante dans un journal local. Déci­dée à prendre du galon, elle s’empare d’une affaire traitée avec indifférence, tant par les médias que par la police : le meurtre d’une jeune Noire, dont le corps a été retrouvé dans un lac de la ville. Qui était la belle et mystérieuse Cléo Sherwood, avec qui a-t-elle osé frayer pour devoir disparaître ainsi ?

Nouveauté Actes Noirs de 2022, j’ai été attiré par l’élan qui se dégage de cette couverture de La voix du lac de Laura Lippman. Et je suis pas allé chercher plus loin. Bien m’en a pris. 

Pendant la lecture de ce roman, j’ai longtemps pensé que ce roman était à la frontière de la littérature blanche et du polar. Il y a bien un meurtre et une enquête (quoique) mais Laura Lippman se penche tout autant sur la destinée et l’émancipation de sa protagoniste à une époque où cela n’était pas évident. À priori, pas univers qui m’attire le plus mais La voix du lac m’a vraiment emporté dans ce Baltimore des années 1960. Quand c’est bien écrit, tout peut me plaire.

Laura Lippman alterne une narration à la 3e personne quand il s’agit de son héroïne puis une narration à la 1er personne pour certains des autres personnages qu’elle croise. Ce procédé donne un regard plus riche à l’histoire, une dimension plus large ajoutant des perceptions et des angles différents.

La voix du lac, c’est une intrigue plutôt journalistique assez distendue mais dont le contexte est magistralement mis en scène par Laura Lippman. L’intrigue  ne manque pas d’intérêt et ménage des surprises, jusqu’à la fin. In fine, il mérite d’être dans la collection Actes Noirs.


Livrepoche.fr, un livre, une poche…

N'ayez pas peur de commenter