LA REINE MARGOT D’ALEXANDRE DUMAS

La Reine Margot (1845) d’Alexandre Dumas…

Le résumé de l’éditeur de poche, ici: 1572. La France des guerres de religion est devenue le champ clos des grands seigneurs et des prétendants au trône. A Paris, le jeune roi protestant de Navarre, le futur Henri IV, vient d’épouser Marguerite de Valois, dite Margot ; mariage politique qui n’empêche pas les Guise et le roi Charles IX de fomenter les horreurs de la Saint-Barthélemy. Sur les pas du jeune comte de La Mole, dont s’éprend éperdument la belle Margot, et de son compagnon, le tonitruant Annibal de Coconnas, nous entrons dans ce labyrinthe d’intrigues, d’alliances, de trahisons. Les poignards luisent sous les pourpoints. René le Florentin fournit les poisons à l’implacable Catherine de Médicis. Le vieux Louvre avec ses fêtes brillantes, ses passages secrets, son peuple de soldats et de jolies femmes, est le théâtre où se déploient en mille péripéties les jeux de l’amour, de la politique, de la haine. Le père des Trois Mousquetaires nous en donne une passionnante chronique, où sa pétulante bonne humeur survit aux plus sanglants épisodes.


La claque! Je découvre la prose impeccable d’Alexandre Dumas avec le monumental La Reine Margot. J’utilise rarement ce terme car il faut réunir pas mal de qualités mais pour cette oeuvre, tout y est.

La Reine Margot, c’est avant tout une oeuvre romanesque ultime, emportée par un souffle épique et un rythme sans cesse relancé. Cette maitrise du rythme est-elle du au principe de la première édition en roman feuilleton? En tout cas, il y a toujours de quoi nourrir un lecteur gourmand. Entre la romance, les courses échevelées, les combats d’épées, les intrigues de cour, des dialogues magnifiques, le suspense et l’humour, il y a tout.

Alexandre Dumas mène une foultitude de personnages avec un brio et une justesse inégalable, donnant à chacun, une place intéressante et nourrissent une histoire complexe et géniale. Je n’ai même pas songé à démêler ce qui relève de l’Histoire et ce qui n’appartient qu’au roman. La Reine Margot n’est pas une chronique du passé mais une oeuvre littéraire intemporelle.

Le dramatique de certaines situations est parfaitement équilibré avec un humour salvateur. L’horreur et la drôlerie se côtoient. La Reine Margot ne manque pas d’émotion. J’ai même versé une larme émue lorsque bip, bip, bip… Pas de spoil…

Me voila complètement charmé par Alexandre Dumas, prêt à me lancer dans la suite de la Trilogie des Valois.


Trilogie des Valois

#1 La Reine Margot

#2 La dame de Monsoreau

#3 Les Quarante-Cinq


Livrepoche.fr, un livre, une poche…

7 comments to “LA REINE MARGOT D’ALEXANDRE DUMAS”
    • C’est vrai qu’il m’a emballé ce premier Dumas. Et je suis content qu’il y ai d’autres oeuvres qui semblent meilleures encore.

N'ayez pas peur de commenter