LA DERNIÈRE CONQUÈTE DU MAJOR PETTIGREW DE HELEN SIMONSON

La dernière conquète du major Pettigrew de Helen Simonson par Livrepoche.fr

Le succès d’un roman tant critique que public est surement la chose que je redoute le plus lorsque j’entame une lecture. Surtout en ce qui concerne les nouveautés. À la suite de déception, je ne fais plus confiance à ce qui cartonne, buzze et reçoit l’assentiment de tous. Je ne fais désormais plus confiance qu’aux temps qui passe pour réguler les succès et conserver le meilleur (ou du moins oublier le moins bon, succès ou non). Je fais confiance aux temps mais aussi à mon libraire dont les avis et conseils ont toujours été pertinent et incontestablement indépendant des dernières sorties.

Le résumé de l’éditeur de poche, iciÀ Edgecombe St. Mary, en plein coeur de la campagne anglaise, amour courtois et tasse de thé sont de rigueur ! Mais quand un flegmatique major s’amourache d’une modeste pakistanaise, les langues se délient et les collets montés frémissent… Confrontés aux préjugés des villageois, ou le racisme ordinaire sévit tout autant dans les soirées privées que sur les bancs de messe, les obstacles pour leur amour seront nombreux… Un roman à déguster avec scones et marmelade.

« Exquis comme un bonbon anglais parfumé aux épices ! (…) Orgueil et préjugés, raison et sentiments, satire et humour se conjuguent pour nous offrir un roman d’aujourd’hui dans la grande tradition britannique. » Évelyne Bloch-Dano, Marie Claire

Helen Simonson est née en Angleterre et vit aujourd’hui à New York. Elle a passé son enfance dans l’East Sussex. Dans ce « pays littéraire », ou vécurent notamment Henry James, Kipling et Virginia Woolf, elle puise encore une grande partie de son inspiration.La Dernière Conquête du major Pettigrewest son premier roman. Il a reçu, de part et d’autre de l’Atlantique, un accueil unanime, à la fois du public et de la critique.

Alors, lorsque je me décide à entamer la lecture de La dernière conquête du major Pettigrew (depuis 2-3 ans dans la bibliothèque et offert à ma compagne à cause de son succès), je n’y vais pas avec une grande joie, à peu près certain d’être déçu ! Et je me suis trompé, quoi que…

Avec La dernière conquête du major Pettigrew, je me trouve dans une sorte de porte-à-faux idéologique. Je m’explique. Dès le premier chapitre et jusqu’à la fin, j’ai beaucoup aimé l’univers et l’atmosphère de ce roman anglais. Les personnages sont justes dans la tonalité de leur interactions quoi qu’assez archétypaux, voir même caricaturaux (J’ai beaucoup de mal avec les archétypes). Mais pour ce roman, cela ne gène en rien la lecture, au contraire, il y a une sorte d’évidence. Cela permet d’élargir le propose et de lui donner une sorte d’universalité.

De cette manière on peut aborder ce roman comme un classique de la littérature, un témoignage assez complet d’un microcosme d’individus à une date donnée, dans un lieu donné, ici, un petit village anglais des plus paisible. Mais…

Plus j’approchais de la fin du roman, plus je me disais que si je voyais le film de ce que je lisais, je serais devant une comédie romantique très convenue, assez sirupeuse, assez professorale et d’un moralisme plutôt binaire. Pour le coup, j’aurais détesté !

Mais La dernière conquête du major Pettigrew est un roman et la littérature à ceci d’unique que si le ton, le style sont justes, élégants, raffinés ils suffisent largement à combler le désir d’immersion d’un lecteur curieux.

De fait, je peux comprendre un tel succès. C’est un livre difficilement critiquable car d’une bienveillance à tout égard et remarquablement bien écrit. Sans regretter le temps passé à sa lecture, mon attirance littéraire va vers plus de radicalité dans le ton, les émotions ou dans le style. Il faudra attendre quelques années avant de se dire quel témoignage La dernière conquête du major Pettigrew est !

Pour élargir, ce que j’aime le plus dans la littérature, c’est de pouvoir passer de ce bonbon anglais parfumé aux épices (4ème de couverture) à Chuck Palahniuk ou Dostoïevski, des exemples de radicalité !

Livrepoche.fr, un livre, une poche…

 

2 Comments
    • Je l’ai bien aimé aussi ! Une belle écriture et un univers charmant ! En ce moment, je lis HHhH de Laurent Binet et l’univers est beaucoup moins charmant !

N'ayez pas peur de commenter