Entre deux mondes d’Olivier Norek

Entre deux mondes (2017) d’Olivier Norek, Prix Sang d’encre des lycéens et Prix Sang d’encre des lecteurs 2018…

Le résumé de l’éditeur de poche, ici: Adam a découvert en France un endroit où l’on peut tuer sans conséquences.

Ça n’arrive pas souvent mais j’ai pleuré à la lecture d’Entre deux mondes. Et comment rester insensible tant le sujet est délicat et épineux. Oliver Norek a déjà presque tous les ingrédients en main pour faire dans l’émotion mais encore faut-il y aller avec talent car ça peut vite devenir très mauvais.

Trop documentaire aurait été barbant. Trop romanesque aurait été ridicule. Là, l’équilibre est parfait, jusqu’au bout (ou presque). Il y a des flics mais ce n’est pas un polar. Pas un thriller non plus. Il est écrit avec suffisamment d’humanité non racoleuse pour décrire ses situations sociales complexes.

Alors, Entre deux mondes, c’est des histoires d’hommes confrontés aux pires et à l’insoluble. Oliver Norek nous place face à nous-même. Que ferions-nous dans pareille situation? 

Mais comme je l’ai dit, il y a un équilibre entre le romanesque (j’entends par là des situations arrangées pour obtenir un effet dramatique ou autres) et le documentaire. Là, c’est de la tragédie grecque, intense, tragique pour une histoire qui permet une montée émotionnelle colossale. Que voulez-vous, je suis un sensible.

Entre deux mondes est pour moi (et je ne suis pas le seul) un très bon roman que je recommande chaleureusement par la dénonciation sociale qu’il amène avec intelligence mais aussi pour son histoire poignante.


Livrepoche.fr, un livre, une poche…

14 comments to “Entre deux mondes d’Olivier Norek”
  1. c’est une suite ou c’est un roman indépendant? je l’ai vu en rayon dernièrement mais je ne l’ai pas pris en pensant qu’il faisait partie d’une série.. je me mélange les pinceaux avec cet auteur..

    • Je suis comme toi Cheyenne, ça me fait toujours peur de prendre un roman qui serait au milieu d’une série. Pour celui-là, rassures-toi, c’est un one-shot. La série de Norek (pour l’heure), c’est Code 93, Territoires et Surtensions,

  2. Franchement, Nicolas, quel bel avis. Tu me donnes vraiment envie de me dépêcher de sortir code 93 de ma PAL et d’y rajouter Entre deux mondes.

    • Merci Waterlyly. J’ai été beaucoup plus enthousiaste pour Entre deux mondes que pour Code 93 (son premier roman déjà bien). Mais il semble que ses oeuvres soient de mieux en mieux selon les retours que j’en ai.

  3. Oh le bel avis (non que les autres ne le soient pas hein)! Disons que le fait que tu ais été touché aux larmes par ce roman me donne extrêmement envie de m’y confronter. Vu mon hypersensibilité, ça promet (ou pas! les émotions c’est intime hein)

    Mais bon je crois que grâce à toi j’ai trouvé le Norek avec lequel commencé ma découverte des écrits de l’auteur. Pour ça, merci!

    • Ho que tu as raison sur les sentiments. Si on me promet des larmes, il y a de grandes chances que l’effet inverse se produise. Et ça ne marche pas quand c’est flagrant ou manipulateur par l’auteur. Là, bien sûr que l’auteur savait vers quoi il allait mais cela va au-delà, cela va chercher dans l’essence des choses. Difficile à expliquer clairement sans rien divulguer.
      Sans parler d’émotions, tu as ici, un très bon roman.

  4. roman terminé ce matin… je réfléchis si je j’écris ou pas quelque chose là-dessus… mais je viens de relire ton avis, et franchement, je vois pas quoi dire de plus…

  5. On parle beaucoup d’Olivier Norek en ce moment sur la toile et un lecteur m’a effectivement conseillé ce titre pour commencer à lire cet auteur. Après avoir lu ta critique, autant te dire que je suis plus que curieuse…

    • Je serais enclin à te conseiller ce roman mais cela serait « problématique » si tu veux lire tout Norek tant il semble y avoir une progression littéraire dans ces romans et auquel cas il est mieux de commencer par son premier et d’aller vers les autres, tu seras moins déçu.

N'ayez pas peur de commenter